Lectio Divina - Evangile selon saint Luc
 
Nous prions avec l'Evangile selon saint Luc (chap. 9 à 14) : 
 

du 12 juin au 2 juillet : semaines 1 à 3

du 3 au 9 juillet : semaine 4

du 10 au 16 juillet : semaine 5

du 17 au 23 juillet : semaines 6

du 24 au 30 juillet : semaine 7

du 31 juillet au 6 août : semaine 8
 
du 7 au 13 août : semaine 9
 

 Souscrire au flux RSS     Souscrire Au "fil de la Lectio Divina" par Email

Nous vous proposons une

 

RETRAITE DE LECTIO DIVINA

 

17 au 21 juillet 2016, à Poissy (Région parisienne)

 

Présentation de la retraite

Fiche d'inscription

 

 

DIMANCHE 13 JUIN 2016

 

PARCOURS DE LECTIO DIVINA POUR ENFANTS, JEUNES, DÉBUTANTS 
(accessible à partir de 10-15 ans) : 

"Rencontres de Jésus au fil de l’Evangile selon saint Luc ». 

Nous proposons un parcours de lectio divina adapté aux enfants et aux jeunes, avec une trame de prière de la Parole de Dieu pour chaque jour (deux feuilles par semaine). 

Nous vous faisons parvenir : 
– Une feuille de présentation de la démarche
– Une feuille de présentation de la semaine
– deux feuilles contenant les références pour la lectio divina quotidienne.

Si vous souhaitez les recevoir régulièrement, dites-le nous.


Père Christophe de DREUILLE
@lectiodivina13
contact : ch.dedreuille@lectiodivina.cef.fr
site web : http://lectiodivina.webcatho.fr

/public/lectiodivina/Documents/LDj/01presentationLDj.pdf

/public/lectiodivina/Documents/LDj/10Semaine1.pdf

/public/lectiodivina/Documents/LDj/11Annonciation.pdf

/public/lectiodivina/Documents/LDj/12Visitation.pdf

 

MARDI 12 JUIN 2016

 

Pour accompagner l'Année Sainte de la Miséricorde qui a commencé le 8 décembre, nous vous proposons une lecture priante de l'Evangile de Jésus Christ selon saint Luc, section par section. Nous avons déjà prié les dernières semaines les Evangiles de l'Enfance. Nous entrons maintenant dans les commencements du ministère de Jésus. Celui-ci se révèle comme le "visage de la miséricorde du Père" (cf.Pape François).

 

D'autres propositions vont jalonner cette Année Sainte de la Miséricorde : 

nous enregistrons quelques courtes vidéos sur des figures bibliques témoins de la miséricorde. Vous les trouverez aux adresses suivantes : http://www.catho-aixarles.fr <http://www.catho-aixarles.fr/> ; les deux premières évoquent la figure d’Abraham, les deux suivantes la figure de Moïse :

N° 1 : https://www.youtube.com/watch?v=4f6caFBnBbA <https://www.youtube.com/watch?v=4f6caFBnBbA>
N° 2 : https://www.youtube.com/watch?v=iy-cCaROLpk <https://www.youtube.com/watch?v=iy-cCaROLpk>
N°3 : https://www.youtube.com/watch?v=KPwluyoqwgo <https://www.youtube.com/watch?v=KPwluyoqwgo>
http://www.catho-aixarles.fr/2016/01/dieu-entend-le-cri-de-notre-humanite-moise-au-buisson-ardent-video/ <http://www.catho-aixarles.fr/2016/01/dieu-entend-le-cri-de-notre-humanite-moise-au-buisson-ardent-video/>

– Une retraite de lectio divina sera organisée en Région parisienne cet été, entre le 17 et le 22 juillet 2016. Nous vous enverrons bientôt plus de renseignements. Si vous êtes intéressés n’hésitez pas à nous le dire.

 

Sainte lectio divina

Christophe de DREUILLE

@lectiodivina13

DIMANCHE 29 NOVEMBRE 2015

 

A partir du 29 novembre nous vous proposons un nouveau parcours de lectio divina. Dans quelques jours, s’ouvrira l’Année Sainte de la Miséricorde. Durant cette année jubilaire, nous vous proposons un parcours dans l’ensemble de l’Evangile de Jésus Christ selon saint Luc, séquence par séquence. A partir du début du Temps de l’Avent, nous vous proposons ainsi un parcours dans les deux premiers chapitres de l’Evangile selon saint Luc.

 

Pour les 2 premières semaines, à l’aide des références données par cette feuille, nous vous invitons d’abord à prendre le temps de la LECTURE priante du texte, en lecture continue. C’est la raison pour laquelle durant ces semaines, le programme quotidien de la lectio ne comporte pas de textes complémentaires ni de commentaires de la tradition chrétienne (cela viendra pour la seconde et la troisième lecture de ces chapitres, à partir du 13 décembre).

 

Cette première étape permet de recevoir la Parole de Dieu dans la cohérence d’un texte entier. C’est toute l’Ecriture qui est Parole de Dieu. Rendez-vous disponibles pour cette lecture priante vécue sous la lumière de l’Esprit Saint. N’oubliez pas qu’elle est d’abord une nourriture spirituelle, c’est-à-dire qu’il faut le temps de l’assimiler avant de chercher à enrichir notre connaissance intellectuelle. 

 

Sainte lectio divina en ce Temps de l'Avent

Christophe de DREUILLE

@lectiodivina13

DIMANCHE 27 SEPTEMBRE 2015

 

Aujourd'hui le Seigneur ton Dieu te commande de mettre en pratique... aujourd'hui tu as obtenu du Seigneur cette déclaration : lui sera ton Dieu; toi tu suivras ses chemins... aujourd'hui le Seigneur a obtenu de toi cette déclaration : tu sera son peuple (Dt 26, 16-19).

 

Ce grand dialogue inscrit entre ces deux "déclarations" s'appelle l'alliance, cette qualité particulière de relation au coeur de la Révélation biblique qui inscrit notre existence dans le rayonnement de l'amour de Dieu pour nous.

 

Pour commencer ce parcours, nous vous proposons quelques méditations sur le terme qui revient avec insistance dans ces versets : "aujourd'hui" : 

 

 

"Aujourd'hui si vous entendez sa voix, ne durcissez pas votre coeur. Courez, tant que vous avez la lumière de la vie, de peur que les ténèbres de la mort ne vous surprennent" (Règle de saint Benoît)

 

"Exhortez-vous les uns les autres, dit-il, exhortez-vous chaque jour, tant que vous pouvez dire : "aujourd'hui". Cela veut dire que le pécheur même, tant qu'il peut dire « aujourd'hui », doit espérer. Loin de nous le désespoir, tant que nous vivons! Veillons seulement, dit-il, à ce que notre coeur ne soit jamais en proie à l'incrédulité. Et encore, si cela arrive, ne nous désespérons pas; mais ranimons-nous. Tant que nous sommes de ce monde; tant que nous pouvons dire a aujourd'hui », nous avons du temps devant nous. " (saint Jean Chrysostome).

 

"Ne tarde pas, dit le Seigneur, convertis-toi à Dieu, et ne diffère pas de jour en jour." Ce sont les paroles de Dieu et non les miennes; vous ne les avez pas entendues de moi, mais moi je les entends avec vous : "Ne tarde pas, dit-il, convertis-toi au Seigneur." Mais toi tu réponds : "Demain! demain!" (dans le latin du texte : "Cras! cras!") Quel croassement de corbeau! Comme le corbeau envoyé de l'arche n'y est pas revenu et, maintenant qu'il est vieux, dit encore : Demain! demain! C'est le cri du corbeau : tête blanche et coeur noir. Demain! demain! c'est le cri du corbeau : le corbeau n'est pas revenu à l'arche, la colombe est revenue. Qu'il se perde donc, le croassement du corbeau, et que se fasse entendre le gémissement de la colombe." (Saint Césaire d'Arles).

 

Sainte lectio divina en ce premier jour d'une semaine nouvelle

Christophe de DREUILLE

@lectiodivina13

DIMANCHE 27 SEPTEMBRE 2015

 

 

Nous commençons en ce dimanche un nouveau parcours de lectio divina. Après avoir médité sur le message de saint Paul dans sa première épître à Timothée, nous retournons dans l'Ancien Testament et plus particulièrement dans la dernière partie du Livre du Deutéronome, c'est-à-dire dans ces textes qui assurent la clôture du Pentateuque (la "Tora de Moïse") et donnent quelques clés de lecture précieuses pour relire la révélation déployée dans les premiers livres bibliques.

Le message de ces chapitres du Deutéronome est déjà annoncé dans les derniers versets du chapitres 26, avec une insistance sur "aujourd'hui". La qualité de relation qui s'appelle l'alliance, le don de Dieu et notre réponse à ce Dieu qui vient à notre rencontre sont à vivre dès maintenant.

 

LE LIVRE DU DEUTÉRONOME

 

Le livre du Deutéronome est rédigé comme le testament que Moïse adresse à son peuple juste avant l’entrée en Terre Promise. Il se présente comme une relecture des événements de l’Exode et de la signification des 40 ans vécus par le peuple au désert, et comme un rappel des exigences de cette Loi qui qualifie la relation entre Dieu et son peuple. Dans la dernière partie de ce livre (nous avions déjà médité Dt 1 à 8, en 2012), Moïse rappelle les conditions de la vie en Terre Promise, c’est-à-dire de la vie en présence du Seigneur, en communion avec lui.

La lecture de ce texte peut sembler ardue. Elle est exigeante car elle appelle une conversion. Plus que jamais, il faut avoir présent à l’esprit certaines recommandations de lecture des textes bibliques :

– lire un texte dans sa longueur. La Bible trace des parcours, des processus.

– aucune Parole de Dieu n’a pour but de nous condamner, mais souvent pour nous convertir

– il faut exercer les différents niveaux de lecture des textes bibliques. Si les ennemis étaient une réalité historique pour Israël, ils peuvent désigner pour nous les forces du mal qu’il nous faut combattre avec courage et persévérance. La terre promise, lieu du repos, n’est pas seulement un territoire géographique mais surtout la Vie en communion avec le Seigneur, l’expression du Don de Dieu qu’il nous faut apprendre à vivre lorsqu’on l’a reçu.

Sainte Lectio Divina

Christophe de DREUILLE

@lectiodivina13

DIMANCHE 30 AOÛT 2015

 

LES ÉPÎTRES PASTORALES

 

Sous ce titre générique, employé à partir du 18e siècle, la tradition chrétienne regroupe trois épîtres adressées non pas à des communautés, mais à deux très proches collaborateurs de Paul : Timothée et Tite. Les affinités mutuelles de ces épîtres et les précieuses indications qu’elles fournissent sur l’organisation des ministères dans l’Église et sur la mission pastorale de leurs destinataires justifient pleinement leur titre commun d’épîtres Pastorales.

 

Les questions évoquées dans ces trois épîtres apparaissent, par bien des aspects, proches des préoccupations pastorales d’aujourd’hui ; et en même temps, sur d’autres points, elles semblent, sur ce même point, être quelque peu lointaines : proches, parce que l’on ne peut que se sentir profondément concerné par cette recherche de l’application, la meilleure et la plus fidèle, de la révélation divine aux situations concrètes que nous rencontrons et aux nécessités de nos communautés; lointaines aussi parfois, car les situations d’une époque particulière transparaissent davantage dans ce type de recommandations pastorales, et les applications concrètes évoquées par saint Paul ne sont pas toujours transposables telles quelles aujourd’hui.

 

Le grand élan missionnaire des autres épîtres pauliniennes n’est pas abandonné, mais il cède ici la première place à d’autres préoccupations tout aussi essentielles pour l’annonce de l’Évangile : celles de l’organisation des communautés chrétiennes et de leur insertion concrète dans la société de leur temps. Accueillons ainsi ces épîtres qui nous fournissent des clefs pastorales dont la fécondité a été grande tout au long de l’histoire de l’Église et dont nous pouvons encore nous inspirer avec profit. Dans ces épîtres, se met en effet en place un vocabulaire qui connaîtra une grande postérité et des formules qui seront abondamment reprises et commentées. Les Pastorales nous invitent enfin à prendre au sérieux les institutions ecclésiales qui garantissent la véritable et concrète incarnation de l’Évangile dans le monde. Elles nous fournissent la charte de l’office pastoral, que l’on peut résumer dans ces trois formules : combattre le bon combat de la foi, s’adonner aux belles œuvres, participer à la vie qui ne finira pas (C. SPICQ).

 

Saint Paul s’adresse ici à Timothée, juif d’origine, qui évolue dans un milieu grec et qui est placé à la tête d’une communauté éphésienne composée en grande partie, semble-t-il, de chrétiens d’origine païenne. Il est alors intéressant de repérer que les Pastoralesreprésentent une mise au point de la confrontation du christianisme avec l’esprit grec, et une réaction de l’orthodoxie chrétienne contre l’éclectisme de la pensée hellénistique, juive, orientale et romaine.

 

LA PREMIÈRE ÉPÎTRE À TIMOTHÉE

 

Timothée : Son nom signifie « celui qui honore Dieu ». De tous les collaborateurs de Paul, il est celui que nous connaissons le mieux. Il apparaît fréquemment dans les adresses des épîtres comme co-auteur, aux côtés de l’Apôtre (cf. 2 Co, Ph, Col, 1 et 2 Th, et Phm) ; il est mentionné en Rm, 1 et 2 Co, 1 Th ; et Ph 2,19-24 en trace même un éloge émouvant (cf. aussi He 13,23). Enfin Ac 16-20 contient de nombreux et précieux renseignements sur sa présence aux côtés de Paul. En rassemblant toutes ces données et en les joignant à celles des Pastorales, nous pouvons dégager les grandes lignes de son parcours : Timothée était originaire de Lystres, né d’un père païen et d’une mère juive. C’est probablement lors du premier voyage missionnaire de Paul (cf. Ac 14,8-23), que sa maman Eunice et sa grand-mère Loïs sont devenues chrétiennes (2 Tm 1,5) et que Timothée lui aussi a reçu le baptême des mains de l’Apôtre. Lors de son second voyage en Lycaonie, Paul décida de l’emmener avec lui. Timothée était encore jeune, mais il bénéficiait du bon témoignage des croyants de la région. Dès lors, il sera un des plus proches compagnons de l’Apôtre, d’une fidélité sans faille, l’accompagnant d’abord à Antioche et Iconium, puis dans ses voyages missionnaires en Grèce et en Asie. Mais Timothée ne se contente pas de suivre Paul, il le représentera également lors de plusieurs missions dont font état les Actes (Ac 19,22) et surtout les épîtres (1 Co 4,17 ; 16,10 ; Ph 2,19 ; 1 Th 3,2.6). C’est à propos de ces missions qu’il donnera sa pleine mesure. Timothée est considéré par la tradition comme le premier évêque d’Éphèse ; il y aurait été martyrisé en 97, sous l’empereur Nerva.

 

Sainte lectio divina

Christophe de DREUILLE

@lectiodivina13

SAMEDI 4 JUILLET 2015

 

"Creuse la Sagesse comme un chercheur de trésor" (Pr 2,4)

 

Après la première lecture des 9 premiers chapitres du Livre des Proverbes, nous pouvons rendre grâce pour ce don de la Sagesse que le Seigneur accorde à ceux qui le lui demandent. Nous pouvons reprendre la prière du Roi Salomon : "Donne-moi la Sagesse, assise auprès de toi". Cette première lecture de Pr 1 à 9 privilégiait le temps de la "lectio", première étape de l'accueil priant de la Parole de Dieu. 

A partir de ce dimanche, nous passerons à la 2e et 3e lecture des textes de ces chapitres afin de mieux les mémoriser, d'en approfondir le sens dans la méditation, d'y trouver les mots de notre propre prière de réponse à la Parole de Dieu et surtout d'entrer dans le mystère de la communion avec Celui qui nous parle.

 

Quelques réflexions  : 

– PRÉSENTATION DU LIVRE DES PROVERBES

La sagesse répandue largement dans le cœur des hommes qui la cherchent et se mettent à son école a sa source en Dieu. Tel est le grand secret de la Révélation biblique distinguant la vraie Sagesse qui vient de Dieu des prétentions des sagesses purement humaines.

La réflexion sapientielle semble prendre la révélation à rebours. À la différence des prophètes, elle ne s’appuie pas sur l’histoire du salut, mais sur l’expérience universelle, elle s’intéresse moins à un peuple particulier qu’à la trame de l’existence de chaque homme. La sagesse a donc une source, non en l’homme pour lui permettre d’imaginer Dieu, mais en Dieu qui en fait le don à l’homme pour qu’il puisse gérer cet ordre de la création, la gouverner et la garder, selon le dessein originel révélé en Gn1. C’est le grand apport de ces textes : la sagesse est donnée à tout homme, et Israël, bénéficiaire de la révélation, reçoit la mission d’annoncer à tous l’origine de la sagesse en Dieu et de qualifier la réponse de l’homme à ce don qui lui est fait : l’attitude de « crainte » au sens positif et religieux qu’il a dans la Bible. La crainte du Seigneur est gloire et fierté, gaieté et couronne d’allégresse, elle réjouit le cœur (Si 1,11-12)

Le Livre des Proverbes est le premier texte du corpus sapientiel. Il est placé sous l’autorité de Salomon, le roi maître de sagesse par excellence, et compile plusieurs antiques recueils de sagesse. Les chapitres 1 à 9 constituent une magistrale introduction qui culmine dans les prises de parole de la Sagesse personnifiée (Pr 8 et 9), liée au Créateur et à l’œuvre de la Création.

 

– Texte de la commission théologique internationale sur le sens de la littérature sapientielle de la Bible : 

A côté des textes qui s’attachent à l’histoire du salut, avec les thèmes théologiques majeurs de l’élection, de la promesse, de la Loi et de l’alliance, la Bible contient aussi une littérature de sagesse qui ne traite pas directement de l’histoire nationale d’Israël mais qui s’intéresse à la place de l’homme dans le monde. Elle développe la conviction qu’il y a une manière correcte, « sage », de faire les choses et de conduire sa vie. L’homme doit s’appliquer à la rechercher et s’efforcer ensuite de la mettre en pratique. Cette sagesse ne se trouve pas tant dans l’histoire que dans la nature et la vie de tous les jours. Dans cette littérature, la Sagesse est souvent présentée comme une perfection divine, parfois hypostasiée. Elle se manifeste de manière étonnante dans la création, dont elle est « l’ouvrière » (Sg 7, 21). L’harmonie qui règne entre les créatures lui rend témoignage. De cette sagesse qui vient de Dieu, l’homme est rendu participant de multiples manières. Cette participation est un don de Dieu qu’il faut demander dans la prière : « J’ai prié, et l’intelligence m’a été donnée, j’ai invoqué, et l’esprit de Sagesse m’est venu » (Sg 7, 7). Elle est encore le fruit de l’obéissance à la Loi révélée. En effet, la Torah est comme l’incarnation de la sagesse. « Convoites-tu la sagesse ? Garde les commandements, le Seigneur te la prodiguera. Car la crainte du Seigneur est sagesse et instruction » (Si 1, 26-27). Mais la sagesse est aussi le résultat d’une observation sagace de la nature et des mœurs humaines dans le but de découvrir leur intelligibilité immanente et leur valeur exemplaire.

Sainte lectio divina
Christophe de DREUILLE
@lectiodivina13

DIMANCHE 22 FÉVRIER 2015

 

Il marche à leur tête, et les brebis le suivent, car elles connaissent sa voix (Jn 10,4)

 

Je suis le Bon Pasteur qui donne sa vie pour ses brebis (Jn 10,13)

 

Seigneur, enseigne-moi tes voies, fais-moi connaître ta route (Ps 25 – Messe de ce dimanche)

 

Apprends-nous, Seigneur notre Dieu, à toujours avoir faim du Christ, seul pain vivant et vrai, et à vivre de toute parole qui sort de ta bouche (Oraison de la messe de ce dimanche)

 

Cette semaine, notre parcours de lectio divina nous invite à contempler le Christ Bon Pasteur, à écouter sa voix, à y reconnaître la voix du Père et enfin à suivre celui qui est allé jusqu'à donner sa vie pour nous faire vivre.

La liturgie de la messe de ce dimanche présente le séjour de Jésus au désert où il a été tenté par Satan. Jésus est passé au désert, menant de manière victorieuse le combat contre les forces du mal où l'homme s'était perdu. Il est allé rechercher le pécheur comme le Berger qui part à la recherche de la brebis égarée pour la ramener joyeusement sur ses épaules (cf. Lc 15).

 

En accueillant la Parole de Dieu avec persévérance, en la gardant et en demandant à l'Esprit Saint de nous apprendre à en vivre, nous avancerons vers la joie de Pâques en suivant les pas du Bon Pasteur.

 

Sainte lectio divina en ce temps du Carême

Christophe de DREUILLE

@lectiodivina13

Nous prions tous ceux qui n'ont pas reçu les nouvelles feuilles de lectio divina par email de bien vouloir nous en excuser.

Nous rencontrons depuis un certain temps de grandes difficultés à faire partir les emails vers quelques serveurs (hotmail, yahoo...). Nous essayons de remédier à ce problème.

En attendant, il vous faudra télécharger la version que nous mettons régulièrement sur ce site.