« Que son ange vous accompagne

pour vous protéger » (Tb 5,17)

Tobie, Quentin Denoyelle - Lectio Divina

Vous pouvez télécharger la version PDF en cliquant ici : Tobie, semaine 7

 

COMMENT VIVRE LA LECTIO DIVINA QUOTIDIENNE

  • Commencer le temps quotidien de Lectio Divina par une prière à l’Esprit Saint. On peut prier par exemple une strophe du « Veni Creator » : « Esprit Saint, Fais-nous voir le visage du Très-HautEt révèle-nous celui du FilsEt toi l'Esprit commun qui les rassembleViens en nos cœurs, qu'à jamais nous croyions en toi».
  • Lire avec attention les textes proposés pour la journée. Les accueillir comme notre nourriture du jour, les prier en silence, ruminer cette Parole de Dieu. Peut-être noter sur un carnet une référence, un verset…
  • Conclure le temps de Lectio Divina par une acclamation de la Parole de Dieu reçue, par le Notre Père ou par une autre prière. Par exemple : « Dieu éternel et tout-puissant, unique espoir du monde, toi qui annonçais par la voix des prophètes les mystères qui s'accomplissent aujourd'hui, Daigne inspirer toi-même les désirs de ton peuple, puisqu'aucun de tes fidèles ne peut progresser en vertu sans l'inspiration de ta grâce. Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi et le Saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen»

 


DIMANCHE 21 SEPTEMBRE

Lecture suivie: Tb 5, 15 – 22   « que Dieu vous protège et vous ramène sain et sauf »

Référence complémentaire : Livre du Psautier (Ps 121(120)) 

Je lève les yeux vers les montagnes:

d'où le secours me viendra-t-il?

Le secours me viendra du Seigneur

qui a fait le ciel et la terre.

Qu'il empêche ton pied de glisser,

qu'il ne dorme pas, ton gardien.

Non, il ne dort pas, ne sommeille pas,

le gardien d'Israël.

Le Seigneur, ton gardien, le Seigneur, ton ombrage,

se tient près de toi.

Le soleil, pendant le jour, ne pourra te frapper,

ni la lune, durant la nuit.

Le Seigneur te gardera de tout mal,

il gardera ta vie.

Le Seigneur te gardera, au départ et au retour,

maintenant, à jamais.

 


LUNDI 22 SEPTEMBRE

Lecture suivie : Tb 5, 15 – 22   « que Dieu vous protège et vous ramène sain et sauf » 

Texte de méditation : JEAN CHRYSOSTOME (Sur les Ps) – IVe – Ve siècles

"Le soleil ne vous brûlera point durant le jour, ni la lune pendant la nuit." (Ps 121,6). Par ce langage figuré, le psalmiste veut nous montrer toute l'étendue de la Providence divine, qui non seulement sait délivrer de tous les maux, mais garantit encore ses enfants des incommodités auxquelles les hommes sont naturellement sujets. Dieu, en effet, nous donne sa Protection avec une générosité sans égale, avec une bonté que rien ne peut exprimer. Il ne se contente pas de proportionner son secours à nos besoins, il nous l'accorde avec une libéralité qui surpasse de beaucoup nos désirs. "Le Seigneur vous préservera de tout mal, le Seigneur gardera votre âme." (v. 7). Puisqu'Il vous affranchit des moindres incommodités, et qu'Il étend jusque-là les soins de sa Providence, Il saura bien vous préserver de tous les autres maux qui peuvent vous menacer. Tout ce qui peut nous arriver de fâcheux cède et disparaît devant un signe de la Volonté de Dieu, ce qui n'est pas au pouvoir des hommes. "Dieu protégera votre sortie et votre rentrée, maintenant et à jamais." (Ps 8). Vous voyez que la Protection de Dieu vous suit dans toutes les circonstances de la vie, à votre entrée comme à votre sortie. Que peut-on comparer à cette charité, à cette miséricorde? Les expressions dont se sert le psalmiste embrassent toute la vie, dont les deux termes extrêmes sont l'entrée et la sortie. Et pour exprimer plus clairement cette vérité, il ajoute: "Maintenant et à jamais." Il ne vous gardera pas seulement un, deux, trois, dix, vingt ou cent jours, mais toujours. Cette persévérance ne se rencontre pas chez les hommes, sujets à tant de retours, à tant de vicissitudes. Mais au contraire, les dons de Dieu sont immuables, sans interruption, immortels, stables, et n'ont d'autres limites que l'éternité. Faisons donc tous nos efforts pour obtenir ces biens, mériter cette paix assurée et ces jouissances éternelles en Jésus Christ notre Seigneur à qui soit la gloire dans les siècles des siècles. Amen.

 


MARDI 23 SEPTEMBRE

Lecture suivie : Tb 6, 1 – 20   « il l’aima au point de ne plus pouvoir en détacher son cœur »

Référence complémentaire : Livre de la Genèse (Gn 2, 18 – 24)

Le Seigneur Dieu dit: "Il n'est pas bon que l'homme soit seul. Il faut que je lui fasse une aide qui lui soit assortie." Le Seigneur Dieu modela encore du sol toutes les bêtes sauvages et tout les oiseaux du ciel, et il les amena à l'homme pour voir comment celui-ci les appellerait: chacun devait porter le nom que l'homme lui aurait donné. L'homme donna des noms à tous les bestiaux, aux oiseaux du ciel et à toutes les bêtes sauvages, mais, pour un homme, il ne trouva pas l'aide qui lui fût assortie. Alors le Seigneur Dieu fit tomber une torpeur sur l'homme, qui s'endormit. Il prit une de ses côtes et referma la chair à sa place. Puis, de la côte qu'il avait tirée de l'homme, le Seigneur Dieu façonna une femme et l'amena à l'homme. Alors celui-ci s'écria:   "Pour le coup, c'est l'os de mes os   et la chair de ma chair!    Celle-ci sera appelée "femme",   car elle fut tirée de l'homme, celle-ci!" C'est pourquoi l'homme quitte son père et sa mère et s'attache à sa femme, et ils deviennent une seule chair.

 


MERCREDI 24 SEPTEMBRE

Lecture suivie : Tb 6, 1 – 20 « il l’aima au point de ne plus pouvoir en détacher son cœur »

Texte de méditation : BENOIT XVI (Homélie du 29 septembre 2007)

Saint Raphaël nous est présenté, en particulier dans le livre de Tobie, comme l'Ange auquel est confiée la tâche de  guérir.  Lorsque  Jésus envoie ses disciples en mission, la tâche de l'annonce de l'Evangile s'accompagne également toujours de celle de guérir. Le Bon Samaritain, en accueillant et en guérissant la personne blessée qui gît au bord de la route, devient sans paroles un témoin de l'amour de Dieu. Cet homme blessé, qui a besoin d'être guéri, c'est chacun de nous. Annoncer l'Evangile signifie déjà en soi guérir, car l'homme a surtout besoin de la vérité et de l'amour. Dans le Livre de Tobie, on rapporte deux tâches emblématiques de guérison de l'Archange Raphaël. Il guérit la communion perturbée entre l'homme et la femme. Il guérit leur amour. Il chasse les démons qui, toujours à nouveau, déchirent et détruisent leur amour. Il purifie l'atmosphère entre les deux et leur donne la capacité de s'accueillir mutuellement pour toujours. Dans le récit de Tobie, cette guérison est rapportée à travers des images légendaires. Dans le Nouveau Testament, l'ordre du mariage, établi dans la création et menacé de multiples manières par le péché, est guéri par le fait que le Christ l'accueille dans son amour rédempteur. En deuxième lieu, le Livre de Tobie parle de la guérison des yeux aveugles. Nous savons tous combien nous sommes aujourd'hui menacés par la cécité à l'égard de Dieu. Comme le danger est grand que, face à tout ce que nous savons sur les choses matérielles et que nous sommes en mesure de faire avec celles-ci, nous devenions aveugles à la lumière de Dieu! Ce n'est que s'il existe un pardon en vertu de la puissance de Dieu, en vertu de la puissance de l'amour du Christ, que nous pouvons être guéris, que nous pouvons être rachetés.

 


JEUDI 25 SEPTEMBRE

Lecture suivie: Tb 7, 1 – 17 « confiance! Que le Seigneur change ta douleur en joie »

Référence complémentaire : Evangile selon saint Jean (Jn 2, 1 – 11)

Il y eut des noces à Cana de Galilée, et la mère de Jésus y était. Jésus aussi fut invité à ces noces, ainsi que ses disciples. Or il n'y avait plus de vin, car le vin des noces était épuisé. La mère de Jésus lui dit: "Ils n'ont pas de vin." Jésus lui dit: "Que me veux-tu, femme? Mon heure n'est pas encore arrivée." Sa mère dit aux servants: "Tout ce qu'il vous dira, faites-le." Or il y avait là six jarres de pierre, destinées aux purifications des Juifs, et contenant chacune deux ou trois mesures. Jésus leur dit: "Remplissez d'eau ces jarres." Ils les remplirent jusqu'au bord. Il leur dit: "Puisez maintenant et portez-en au maître du repas." Ils lui en portèrent. Lorsque le maître du repas eut goûté l'eau changée en vin - et il ne savait pas d'où il venait, tandis que les servants le savaient, eux qui avaient puisé l'eau - le maître du repas appelle le marié et lui dit: "Tout homme sert d'abord le bon vin et, quand les gens sont ivres, le moins bon. Toi, tu as gardé le bon vin jusqu'à présent!" Tel fut le premier des signes de Jésus, il l'accomplit à Cana de Galilée et il manifesta sa gloire et ses disciples crurent en lui.

 


VENDREDI 26 SEPTEMBRE

Lecture suivie : Tb 7, 1 – 17 « confiance! Que le Seigneur change ta douleur en joie »

Texte de méditation : DIVO BARSOTTI (Tobie)

L'union nuptiale n'est pas seulement un thème prophétique, mais elle est un fait sacramentel. De même que la femme et l'homme ont fait entrer le mal dans le monde au commencement de l'histoire, ainsi l'homme la femme dans leur union bénie par Dieu instaurent une nouvelle consécration de la création entière. L'enseignement du livre de Tobie sera repris dans le quatrième Evangile. Le premier miracle de la vie publique de Jésus, Sauveur du monde, sera précisément accompli en faveur de deux jeunes époux. Le premier acte de sa vie publique sera de sanctifier par sa présence un banquet de noces, et de rehausser le mariage à cette valeur d'un signe qui, dans l'union même de l'homme et de la femme, rend déjà présente l'union de Dieu avec l'homme et de l'homme avec Dieu (Cf. Jn 2,1–11) (…) L'amour est plus grand que la mort. Qu'importe si tu ignores ce que te demandera le lien par lequel tu t'engages, sur le long chemin de la vie ? L'amour, par lui-même, est plus grand que n'importe quel prix. Dieu nous fait toujours vivre avec une vie plus grande que celle que nous voulions : ce n'est pas une plaisanterie, ce n'est pas un jeu ; une fois que tu es lié, tu es lié pour toujours. Tu dois porter avec une sérénité et une abnégation totale de toi-même le poids de l'autre dans ta vie. Tobie par amour, embrasse le mystère d'une vie en commun, à laquelle désormais il ne pourra plus se soustraire ; il entre dans une aventure d'où il ne pourra plus jamais sortir. L'amour est un destin. Ainsi, l'homme entre librement et simplement dans l'aventure, guidé, porté par l'amour ; et c'est toujours un amour qui nous introduit dans le mystère de la vie. Humainement parlant, comment ne pas craindre ? Pourquoi Tobie ne serait-il pas mort, comme sept autres étaient morts ? Qu'est-ce qu'il pouvait assurer à Tobie que l'aventure ne finirait pas pour lui dans la mort ? Mais refuser l'amour, était-ce vivre ? Pouvait-il maintenant vivre sans amour ? Sarah et sa mère pleure, mais Ragouël ne peut détourner Tobie de croire à l'amour est à la vie. Il se marie. Son acte est un acte de foi en Dieu. Ainsi l'homme va de l'avant, se jette en avant, avec une confiance que Dieu, auteur de la vie, ne décevra pas.

 


SAMEDI 27 SEPTEMBRE

PROPOSITION POUR LA JOURNÉE DU SAMEDI

Avant d’entrer dans une nouvelle semaine (qui commence, pour les chrétiens, le samedi soir), nous vous proposons de prendre le temps aujourd’hui de ressaisir ce qui a été votre « nourriture » de la Parole de Dieu reçue cette semaine pour l’orienter vers la prière et surtout la contemplation.

Pour la Lectio de ce jour, vous pouvez soit reprendre un des textes bibliques proposés durant la semaine, soit éventuellement reprendre les versets de l’Ecriture Sainte que vous aurez glanés au long des lectio de ces derniers jours et que vous aurez pu noter.

Cela nous permettra de vivre cette journée de Lectio dans le rayonnement de la prière de la Bienheureuse Vierge Marie, qui, docile à l’action en elle de l’Esprit Saint, « conservait avec soin toutes ces choses, les méditant en son cœur » (cf. Lc 2,19 et 51).«  sois vigilant, fais preuve de sagesse dans toutes tes actions et paroles » (Tb 4,14)