« Mon Dieu,

je t’offrirai des sacrifices d’action de grâce » (Ps 56,13)

Lectio Divina - Psaumes

Vous pouvez télécharger la version PDF en cliquant ici : Psaumes 42-57, semaine 9

 

COMMENT VIVRE LA LECTIO DIVINA QUOTIDIENNE

  • Commencer le temps quotidien de Lectio Divina par une prière à l’Esprit Saint. On peut prier par exemple une strophe du « Veni Creator » : « Esprit Saint, Fais-nous voir le visage du Très-HautEt révèle-nous celui du FilsEt toi l'Esprit commun qui les rassembleViens en nos cœurs, qu'à jamais nous croyions en toi».
  • Lire avec attention les textes proposés pour la journée. Les accueillir comme notre nourriture du jour, les prier en silence, ruminer cette Parole de Dieu. Peut-être noter sur un carnet une référence, un verset…
  • Conclure le temps de Lectio Divina par une acclamation de la Parole de Dieu reçue, par le Notre Père ou par une autre prière. Par exemple : « Dieu que nul œil ne peut voir, tu as dissipé les ténèbres du monde en lui envoyant ta lumière ; tourne vers nous ton visage de paix, et nos louanges proclameront l’incroyable largesse que tu nous fais dans la naissance de ton Fils unique. Lui qui règne pour les siècles des siècles. Amen »

 

DIMANCHE 18 JANVIER

Lecture suivie: Ps 55 (54), 1 – 24 « Dieu me délivre dans le combat que je menais »

Référence complémentaire : Evangile selon saint Matthieu (Mt 14, 24 – 33) 

La barque se trouvait déjà éloignée de la terre de plusieurs stades, harcelée par les vagues, car le vent était contraire. A la quatrième veille de la nuit, Jésus vint vers les disciples en marchant sur la mer. Les disciples, le voyant marcher sur la mer, furent troublés: "C'est un fantôme", disaient-ils, et pris de peur ils se mirent à crier. Mais aussitôt Jésus leur parla en disant: "Ayez confiance, c'est moi, soyez sans crainte." Sur quoi, Pierre lui répondit: "Seigneur, si c'est bien toi, donne-moi l'ordre de venir à toi sur les eaux"  -- "Viens", dit Jésus. Et Pierre, descendant de la barque, se mit à marcher sur les eaux et vint vers Jésus. Mais, voyant le vent, il prit peur et, commençant à couler, il s'écria: "Seigneur, sauve-moi!" Aussitôt Jésus tendit la main et le saisit, en lui disant: "Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté?" Et quand ils furent montés dans la barque, le vent tomba. Ceux qui étaient dans la barque se prosternèrent devant lui, en disant: "Vraiment, tu es Fils de Dieu!"


 

LUNDI 19 JANVIER

Lecture suivie : Ps 55 (54), 1 – 24 « Dieu me délivre dans le combat que je menais » 

Texte de méditation : SAINT AUGUSTIN (Sur les Psaumes) – IVe-Ve siècles

Tu es en mer et c'est la tempête. Il ne te reste qu'à crier : « Seigneur, sauve-moi ! » (Mt 14,30) Qu'il te tende la main, celui qui marche sur les flots sans crainte, qu'il soulève ta peur, qu'il fixe en lui-même ton assurance, qu'il parle à ton cœur et qu'il te dise : « Pense à ce que j'ai supporté. Tu as à souffrir d'un mauvais frère, d'un ennemi du dehors ? N'ai-je pas eu les miens ? Au dehors ceux qui grinçaient des dents, au-dedans ce disciple qui me trahissait ». C'est vrai, la tempête fait rage. Mais le Christ nous sauve « de la petitesse d'âme et de la tempête » (Ps 54,9). Ton navire est secoué ? C'est peut-être parce qu'en toi le Christ dort. Sur une mer furieuse, la barque où naviguaient les disciples était secouée, et cependant le Christ dormait. Mais le moment est venu enfin où ces hommes ont réalisé qu'ils avaient avec eux le maître et le créateur des vents. Ils se sont approchés du Christ, ils l'ont éveillé : le Christ a commandé aux vents et il s'est fait un grand calme. Ton cœur se trouble à juste titre, si tu as oublié celui en qui tu as cru ; et ta souffrance devient insupportable si tout ce que le Christ à souffert pour toi reste loin de ton esprit. Si tu ne penses pas au Christ, il dort. Réveille le Christ, fais appel à ta foi. Car le Christ dort en toi si tu as oublié sa Passion ; et si tu te souviens de sa Passion, en toi le Christ veille. Quand tu auras considéré de tout ton cœur ce que le Christ a souffert, ne supporteras-tu pas tes peines à ton tour avec fermeté ? Et avec joie, peut-être, tu te trouveras par la souffrance un peu semblable à ton Roi. Oui, lorsque ces pensées commenceront à te consoler, à te donner de la joie, sache que c'est le Christ qui s'est levé et qui a commandé aux vents ; de là le calme qui s'est fait en toi. « J'attendais, dit un psaume, celui qui me sauverait de la petitesse d'âme et de la tempête ».


 

MARDI 20 JANVIER

Lecture suivie : Ps 56 (55),1 – 14 « lorsque j’ai peur je m’appuie sur Dieu dont j’exalte la Parole »

Référence complémentaire : Epître aux Hébreux (He 13, 5 à 21)

Que votre conduite soit exempte d'avarice, vous contentant de ce que vous avez présentement; car Dieu lui-même a dit: Je ne te laisserai ni ne t'abandonnerai; de sorte que nous pouvons dire avec hardiesse: Le Seigneur est mon secours; je ne craindrai pas. Que peut me faire un homme? Souvenez-vous de vos chefs, eux qui vous ont fait entendre la parole de Dieu, et, considérant l'issue de leur carrière, imitez leur foi. Jésus Christ est le même hier et aujourd'hui, il le sera à jamais. Ne vous laissez pas égarer par des doctrines diverses et étrangères: car il est bon que le cœur soit affermi par la grâce, non par des aliments qui n'ont été d'aucun profit à ceux qui en usèrent. (…) Nous n'avons pas ici-bas de cité permanente, mais nous recherchons celle de l'avenir. Par le Christ, offrons à Dieu un sacrifice de louange en tout temps, c'est-à-dire le fruit de lèvres qui confessent son nom. Quant à la bienfaisance et à la mise en commun des ressources, ne les oubliez pas, car c'est à de tels sacrifices que Dieu prend plaisir (…) Que le Dieu de la paix, qui a ramené de chez les morts celui qui est devenu par le sang d'une alliance éternelle le grand Pasteur des brebis, notre Seigneur Jésus, vous rende aptes à accomplir sa volonté en toute sorte de bien, produisant en nous ce qui lui est agréable par Jésus Christ, à qui soit la gloire pour les siècles des siècles! Amen.


 

MERCREDI 21 JANVIER

Lecture suivie : Ps 56 (55),1 – 14 « lorsque j’ai peur je m’appuie sur Dieu dont j’exalte la Parole »

Texte de méditation : SAINT GRÉGOIRE LE GRAND (Homélie) – VIe siècle

« Celui qui est de Dieu entend les Paroles de Dieu. Vous ne les entendez pas, parce que vous n’êtes pas de Dieu » (Jn 8,47). Si celui qui est de Dieu entend les Paroles de Dieu, et si quiconque n’est pas de lui ne peut entendre ses paroles, que chacun de vous s’interroge donc lui-même : perçoit-il les Paroles de Dieu dans l’oreille du cœur ? Il saura alors qui il est. La Vérité ordonne de désirer la patrie céleste, d’écraser les désir de la chair, d’éviter la gloire du monde, de ne pas envier les biens d’autrui, de distribuer volontiers les siens propres. Que chacun de vous s’interroge donc lui-même : « Cette voix de Dieu résonne-t-elle de plus en plus fort en moi ? » A cela, il reconnaîtra s’il est de Dieu. Car certains ne daignent pas même entendre les préceptes de Dieu dans l’oreille du corps, mais ne les saisissent pas pour les posséder avec l’avidité de l’esprit. D’autres encore reçoivent les paroles de Dieu au point de pleurer de componction ; mais passé le temps des larmes, ils reviennent à l’iniquité. Ils n’entendent pas les Paroles de Dieu, ceux qui dédaignent de les mettre en œuvre. Frères bien-aimés, revoyez donc votre vie avec les yeux de l’esprit, et pensez-y bien. Craignez ce jugement tombé des lèvres de la vérité : « Vous, vous n’entendez pas parce que vous n’est pas de Dieu ».


 

JEUDI 22 JANVIER

Lecture suivie: Ps 57 (56), 1 – 11  « du ciel, que Dieu m’envoie le salut »

Référence complémentaire : Livre de Daniel (Dn 6, 17 – 24) 

Le roi donna ordre de faire venir Daniel et de le jeter dans la fosse aux lions. Le roi dit à Daniel: "Ton Dieu, que tu as servi avec persévérance, c'est lui qui te sauvera." On apporta une pierre qu'on posa sur l'entrée de la fosse, et le roi y apposa son sceau et celui de ses seigneurs, en sorte que rien ne pût être modifié de ce qui concernait Daniel. Le roi rentra dans son palais, passa la nuit à jeûner et ne se laissa pas amener de concubines. Le sommeil le fuit et dès l'aube, au petit jour, le roi se leva et se rendit en hâte à la fosse aux lions. S'approchant de la fosse, il cria à Daniel d'une voix angoissée: "Daniel, serviteur du Dieu vivant, ce Dieu que tu sers avec persévérance a-t-il pu te faire échapper aux lions?" Daniel répondit au roi: "O roi, vis à jamais! Mon Dieu a envoyé son ange, il a fermé la gueule des lions et ils ne m'ont pas fait de mal, parce que j'ai été trouvé innocent devant lui. Et devant toi aussi, ô roi, je suis sans faute." Le roi éprouva une grande joie et ordonna de faire sortir Daniel de la fosse. On fit sortir Daniel de la fosse et on le trouva indemne, parce qu'il avait eu foi en son Dieu.


 

VENDREDI 23 JANVIER

Lecture suivie : Ps 57 (56), 1 – 11  « du ciel, que Dieu m’envoie le salut »

Texte de méditation : ST JEAN-PAUL II (Audience du 19 septembre 2001)

Ce Psaume nous fait entendre la prière d’un homme aux prises avec les forces de la mort. Au cœur de la nuit, il espère la lumière de l’aurore pour être délivré de ses peurs et pour pouvoir louer le Seigneur. Assailli par le mal, il perçoit cependant que Dieu est proche, lui donnant de rester serein et confiant dans l’épreuve. L’aube peut alors se lever. Signe lumineux que Dieu exauce la prière du juste, elle lui permet de ne pas se laisser dominer par la nuit du découragement ou par les ténèbres du mal. Le Psalmiste entonne alors un chant d’action de grâce, louant le Seigneur qui fait briller son Amour et sa Vérité dans l’obscurité des épreuves et des persécutions. Ainsi, la tradition chrétienne a associé ce Psaume à la lumière et à la joie pascales, qui illuminent le cœur du fidèle, faisant disparaître en lui la peur de la mort et l’ouvrant à l’horizon de la gloire céleste. Grégoire de Nysse découvre dans les paroles de ce Psaume une sorte de description typique de ce qui se produit dans chaque expérience humaine ouverte à la reconnaissance de la sagesse de Dieu. "Il me sauva, en effet, - s'exclame-t-il - en m'ayant fait de l'ombre avec la nuée de l'Esprit, et ceux qui m'avaient foulé aux pieds ont été humiliés". En se référant ensuite aux expressions qui concluent le Psaume, où il est dit: "Ô Dieu élève-toi sur les cieux. Sur toute la terre ta gloire", il conclut:  "Dans la mesure où la gloire de Dieu s'étend sur la terre, accrue par la foi de ceux qui sont sauvés, les puissances célestes, exultant pour notre salut, élèvent un hymne à Dieu".


 

SAMEDI 24 JANVIER

REPRISE D’UNE SEMAINE DE LECTIO DIVINA

  • Avant d’entrer dans une nouvelle semaine (qui commence, pour les chrétiens, le samedi soir), nous vous proposons de prendre le temps aujourd’hui, en fin de semaine, de ressaisir ce qui a été votre « nourriture » de la Parole de Dieu reçue cette semaine pour l’orienter vers la prière et surtout la contemplation.

  • Pour la Lectio de ce jour, vous pouvez soit reprendre un des textes bibliques proposés durant la semaine, soit éventuellement reprendre les versets de l’Ecriture Sainte que vous aurez glanés au long des lectio de ces derniers jours et que vous aurez pu noter.

  • Cela nous permettra de vivre cette journée de Lectio dans le rayonnement de la prière de la Bienheureuse Vierge Marie, qui, docile à l’action en elle de l’Esprit Saint, « conservait avec soin toutes ces choses, les méditant en son cœur » (cf. Lc 2,19 et 51).