« D’heureuses paroles jaillissent de mon cœur » (Ps 45,2)

Lectio Divina - Psaumes

Vous pouvez télécharger la version PDF en cliquant ici : Psaumes 42-57, semaine 5

 

COMMENT VIVRE LA LECTIO DIVINA QUOTIDIENNE

  • Commencer le temps quotidien de Lectio Divina par une prière à l’Esprit Saint. On peut prier par exemple une strophe du « Veni Creator » : « Esprit Saint, Fais-nous voir le visage du Très-HautEt révèle-nous celui du FilsEt toi l'Esprit commun qui les rassembleViens en nos cœurs, qu'à jamais nous croyions en toi».
  • Lire avec attention les textes proposés pour la journée. Les accueillir comme notre nourriture du jour, les prier en silence, ruminer cette Parole de Dieu. Peut-être noter sur un carnet une référence, un verset…
  • Conclure le temps de Lectio Divina par une acclamation de la Parole de Dieu reçue, par le Notre Père ou par une autre prière. Par exemple : « Réponds à notre prière, Dieu tout-puissant, et comme au jour de la Pentecôte, que le Christ, lumière de lumière, envoie sur nous l’Esprit de feu : qu’il éclaire nos cœurs, nous que tu as fait renaître et que tu confirmes dans ta grâce. Par Jésus le Christ notre Seigneur. Amen."

 


DIMANCHE 21 DÉCEMBRE

Lecture suivie: Ps 45 (44), 1 – 10  « ton Dieu t’a consacré d’une onction de joie »

Référence complémentaire : Cantique des cantiques (Ct 2, 8 – 16)

J'entends mon bien-aimé. Voici qu'il arrive, sautant sur les montagnes, bondissant sur les collines. Mon bien-aimé est semblable à une gazelle, à un jeune faon. Voilà qu'il se tient derrière notre mur. Il guette par la fenêtre, il épie par le treillis. Mon bien-aimé élève la voix, il me dit: "Lève-toi, ma bien-aimée, ma belle, viens. Car voilà l'hiver passé, c'en est fini des pluies, elles ont disparu. Sur notre terre les fleurs se montrent. La saison vient des gais refrains, le roucoulement de la tourterelle se fait entendre sur notre terre. Le figuier forme ses premiers fruits et les vignes en fleur exhalent leur parfum. Lève-toi, ma bien-aimée, ma belle, viens! Ma colombe, cachée au creux des rochers, en des retraites escarpées, montre-moi ton visage, fais-moi entendre ta voix; car ta voix est douce et charmant ton visage." Attrapez-nous les renards, les petits renards ravageurs de vignes, car nos vignes sont en fleur. Mon bien-aimé est à moi, et moi à lui. Il paît son troupeau parmi les lis.

 


LUNDI 22 DÉCEMBRE

Lecture suivie : Ps 45 (44), 1 – 10  « ton Dieu t’a consacré d’une onction de joie » 

Texte de méditation : CYRILLE D’ALEXANDRIE (Hom. Concile d’Ephèse) – Ve siècle

 Nous te saluons, Marie, Mère de Dieu, trésor caché de tout l'univers, astre sans déclin, couronne de la virginité, sceptre de la foi orthodoxe, temple indestructible, demeure de l'incommensurable, Mère et Vierge, à cause de qui est appelé « béni », dans les saints évangiles, « celui qui vient au nom du Seigneur » (Mt 21,9; Ps 117,26). Nous te saluons, toi qui as contenu dans ton sein virginal celui que les cieux ne peuvent pas contenir. Grâce à toi la Trinité est glorifiée et adorée sur toute la terre ; grâce à toi le ciel exulte, les anges et les archanges sont dans la joie, les démons sont mis en déroute, le tentateur est tombé du ciel, les hommes déchus sont élevés au ciel. Grâce à toi le monde entier, captif de l'idolâtrie, est parvenu à la connaissance de la vérité, le saint baptême est accordé à ceux qui croient, avec « l'huile d'allégresse » (Ps 45,8), les Églises ont été fondées sur toute la terre, les nations païennes sont amenées à la conversion. Et que dirai-je encore ? C'est grâce à toi que la lumière du Fils unique de Dieu a brillé pour « ceux qui demeuraient dans les ténèbres et dans l'ombre de la mort » (Lc 1,79; Is 42,7). Qui pourrait célébrer dignement les louanges de Marie ? Elle est mère et vierge à la fois. Quelle merveille ! Qui a jamais entendu dire que le bâtisseur pourrait être empêché d'habiter le temple qu'il a lui-même édifié ? Qui oserait critiquer celui qui donne à sa servante (Lc 1,48) le titre de mère ? Voici donc que le monde entier est dans la joie. Qu'il nous soit donné de vénérer et d'honorer l'indivisible Trinité en chantant les louanges de Marie toujours Vierge, c'est-à-dire la sainte Église, et celles de son Fils et de son Époux immaculé.     

 


MARDI 23 DÉCEMBRE

Lecture suivie : Ps 45 (44), 11 – 18  « le roi désirera ta beauté »

Référence complémentaire : Livre du prophète Isaïe (Is 61,10 à 62,5)

Je suis plein d'allégresse dans le Seigneur, mon âme exulte en mon Dieu, car il m'a revêtu de vêtements de salut, il m'a drapé dans un manteau de justice, comme l'époux qui se coiffe d'un diadème, comme la fiancée qui se pare de ses bijoux. Car de même que la terre fait éclore ses germes et qu'un jardin fait germer sa semence, ainsi le Seigneur Dieu fait germer la justice et la louange devant toutes les nations. A cause de Sion je ne me tairai pas, à cause de Jérusalem je ne me tiendrai pas en repos, jusqu'à ce que sa justice jaillisse comme une clarté, et son salut comme une torche allumée. Alors les nations verront ta justice, et tous les rois ta gloire. Alors on t'appellera d'un nom nouveau que la bouche du Seigneur désignera. Tu seras une couronne de splendeur dans la main du Seigneur, un turban royal dans la main de ton Dieu. On ne te dira plus: "Délaissée" et de ta terre on ne dira plus: "Désolation." Mais on t'appellera: "Mon plaisir est en elle" et ta terre: "Epousée." Car le Seigneur trouvera en toi son plaisir, et ta terre sera épousée. Comme un jeune homme épouse une vierge, ton bâtisseur t'épousera. Et c'est la joie de l'époux au sujet de l'épouse que ton Dieu éprouvera à ton sujet.

 


MERCREDI 24 DÉCEMBRE

Lecture suivie : Ps 45 (44), 11 – 18  « le roi désirera ta beauté »

Texte de méditation : SAINT BERNARD (Homélie) – XIe – XIIe siècles

Tu l'as entendu, ô Vierge, tu concevras et enfanteras un fils, non d'un homme -- tu l'as entendu -- mais de l'Esprit Saint. L'ange, lui, attend ta réponse : il faut qu'il retourne vers celui qui l'a envoyé. Nous attendons nous aussi, ô notre Dame. Accablés misérablement par une sentence de condamnation, nous attendons une parole de pitié. Or voici : elle t'est offerte, la rançon de notre salut. Consens : nous sommes libres. Dans le Verbe éternel de Dieu nous avons tous été créés ; mais hélas, la mort fait son œuvre en nous. Une brève réponse de toi suffit pour nous recréer, de sorte que nous soyons rappelés à la vie. Ne tarde plus, Vierge Marie, donne ta réponse. Ô notre Dame, prononce cette parole que la terre, les enfers, les cieux mêmes attendent. Vois : le Roi et Seigneur de l'univers, lui qui a « désiré ta beauté » (Ps 44,12), désire avec non moins d'ardeur le oui de ta réponse. A ton consentement il a voulu suspendre le salut du monde. Tu lui as plu par ton silence ; tu lui plairas davantage à présent par ta parole. Voici que lui-même de là-haut t'interpelle : « Ô la plus belle des femmes, fais-moi entendre ta voix » (Ct 1,8; 2,14). Oui, réponds vite à l'ange, ou plutôt, par l'ange au Seigneur. Réponds une parole, et accueille le Verbe ; prononce ta propre parole, et conçois le Verbe divin ; émets une parole passagère, étreins le Verbe éternel.

 


JEUDI 25 DÉCEMBRE – NATIVITÉ DU SEIGNEUR

Lecture suivie: Ps 46 (45), 1 – 12  « Dieu est pour nous refuge et force »

Référence complémentaire : Livre du Prophète Isaïe (Is 52, 6 – 12) 

Mon peuple connaîtra mon nom, il saura, en ce jour-là, que c'est moi qui dis: "Me voici." Qu'ils sont beaux, sur les montagnes, les pieds du messager qui annonce la paix, du messager de bonnes nouvelles qui annonce le salut, qui dit à Sion: "Ton Dieu règne." C'est la voix de tes guetteurs: ils élèvent la voix, ensemble ils poussent des cris de joie, car ils ont vu de leurs propres yeux le Seigneur qui revient à Sion. Ensemble poussez des cris, des cris de joie, ruines de Jérusalem! car le Seigneur a consolé son peuple, il a racheté Jérusalem. Le Seigneur a découvert son bras de sainteté aux yeux de toutes les nations, et tous les confins de la terre ont vu le salut de notre Dieu. Allez-vous-en, allez-vous-en, sortez d'ici, ne touchez à rien d'impur, sortez du milieu d'elle, purifiez-vous, vous qui portez les objets du Seigneur. Car vous ne sortirez pas à la hâte, vous ne vous en irez pas en fuyards, c'est le Seigneur, en effet, qui marche à votre tête, et votre arrière-garde, c'est le Dieu d'Israël.

 


VENDREDI 26 DÉCEMBRE

Lecture suivie : Ps 46 (45), 1 – 12  « Dieu est pour nous refuge et force »

Texte de méditation : ST JEAN-PAUL II (Audience du 16 juin 2004)

Ce Psaume célèbre la ville sainte de Jérusalem, "la cité de Dieu, [...] les demeures du Très-Haut" (v. 5), mais il exprime surtout une confiance inébranlable en Dieu, qui "est pour nous refuge et force, secours dans l'angoisse toujours offert" (v. 2; cf. v. 8 et 12). Le Psaume évoque les bouleversements les plus terribles pour affirmer avec une force plus grande l'intervention victorieuse de Dieu, qui donne une pleine sécurité. En raison de la présence de Dieu en elle, Jérusalem "ne peut chanceler, Dieu la secourt" (v. 6). La pensée se tourne vers l'oracle du prophète Sophonie, qui s'adresse à Jérusalem et lui dit:  "Pousse des cris de joie, fille de Sion! Une clameur d'allégresse, Israël! Réjouis-toi, triomphe de tout ton cœur, fille de Jérusalem [...] Yahvé ton Dieu est au milieu de toi, héros sauveur! Il exultera pour toi de joie, il te renouvellera par son amour, il dansera pour toi avec des cris de joie, comme aux jours de fête" (So 3, 14.17-18). La première partie de l'hymne (cf. Ps 45, 2-7) est centrée sur le symbole de l'eau et présente une double signification opposée. D'un côté, en effet, se déchaînent les eaux tumultueuses qui, dans le langage biblique, sont le symbole des destructions, du chaos et du mal. Elles font frémir les structures de l'être et de l'univers, symbolisées par les montagnes, qui sont ébranlées par une sorte de déluge destructeur (cf. vv. 3-4). De l'autre côté, cependant, voilà les eaux désaltérantes de Sion, une ville sise sur des montagnes arides, mais qu'égayent "un fleuve et ses bras" (v. 5). Le Psalmiste - bien que faisant allusion aux sources de Jérusalem, comme celle de Siloé (cf. Is 8, 6-7) - voit en eux un signe de la vie qui prospère dans la ville sainte, de sa fécondité spirituelle, de sa force régénérante. C'est pourquoi, malgré les bouleversements de l'histoire qui font frémir les peuples et qui ébranlent les royaumes (cf. Ps 45, 7), le fidèle rencontre en Sion la paix et la sérénité dérivant de la communion avec Dieu.

 


SAMEDI 27 DÉCEMBRE

 

REPRISE D’UNE SEMAINE DE LECTIO DIVINA

  • Avant d’entrer dans une nouvelle semaine (qui commence, pour les chrétiens, le samedi soir), nous vous proposons de prendre le temps aujourd’hui, en fin de semaine, de ressaisir ce qui a été votre « nourriture » de la Parole de Dieu reçue cette semaine pour l’orienter vers la prière et surtout la contemplation.

  • Pour la Lectio de ce jour, vous pouvez soit reprendre un des textes bibliques proposés durant la semaine, soit éventuellement reprendre les versets de l’Ecriture Sainte que vous aurez glanés au long des lectio de ces derniers jours et que vous aurez pu noter.

  • Cela nous permettra de vivre cette journée de Lectio dans le rayonnement de la prière de la Bienheureuse Vierge Marie, qui, docile à l’action en elle de l’Esprit Saint, « conservait avec soin toutes ces choses, les méditant en son cœur » (cf. Lc 2,19 et 51).