« Seigneur, tout mon désir est devant toi » (Ps 38,10)

Lectio Divina - Psaumes

Vous pouvez télécharger la version PDF en cliquant ici : Psaumes 33-41, semaine 7

 

COMMENT VIVRE LA LECTIO DIVINA QUOTIDIENNE

  • Commencer le temps quotidien de Lectio Divina par une prière à l’Esprit Saint. On peut prier par exemple une strophe du « Veni Creator » : « Esprit Saint, Fais-nous voir le visage du Très-HautEt révèle-nous celui du FilsEt toi l'Esprit commun qui les rassembleViens en nos cœurs, qu'à jamais nous croyions en toi».
  • Lire avec attention les textes proposés pour la journée. Les accueillir comme notre nourriture du jour, les prier en silence, ruminer cette Parole de Dieu. Peut-être noter sur un carnet une référence, un verset…
  • Conclure le temps de Lectio Divina par une acclamation de la Parole de Dieu reçue, par le Notre Père ou par une autre prière. Par exemple : « Réponds à notre prière, Dieu tout-puissant, et comme au jour de la Pentecôte, que le Christ, lumière de lumière, envoie sur nous l’Esprit de feu : qu’il éclaire nos cœurs, nous que tu as fait renaître et que tu confirmes dans ta grâce. Par Jésus le Christ notre Seigneur. Amen."

 


DIMANCHE 5 JANVIER – EPIPHANIE

Lecture suivie : Ps 37 (36), 25 – 31  « la Loi de Dieu dans le cœur il ne chancelle pas »

Référence complémentaire : Livre du prophète Jérémie (Jr 31, 31 – 34) 

Voici venir des jours -  oracle du Seigneur -  où je conclurai avec la maison d'Israël et la maison de Juda une alliance nouvelle. Non pas comme l'alliance que j'ai conclue avec leurs pères, le jour où je les pris par la main pour les faire sortir du pays d'Egypte -  mon alliance qu'eux-mêmes ont rompue bien que je fusse leur Maître, oracle du Seigneur ! Mais voici l'alliance que je conclurai avec la maison d'Israël après ces jours-là, oracle du Seigneur. Je mettrai ma Loi au fond de leur être et je l'écrirai sur leur cœur. Alors je serai leur Dieu et eux seront mon peuple. Ils n'auront plus à instruire chacun son prochain, chacun son frère, en disant : "Ayez la connaissance du Seigneur !" Car tous me connaîtront, des plus petits jusqu'aux plus grands -  oracle du Seigneur -  parce que je vais pardonner leur crime et ne plus me souvenir de leur péché.

 


LUNDI 6 JANVIER

Lecture suivie : Ps 37 (36), 25 – 31  « la Loi de son Dieu dans son cœur, il ne chancelle pas » 

Texte de méditation : SAINT AUGUSTIN (Sur Jr 31) – IVe – Ve siècles

Quelle est donc cette loi de Dieu, écrite par Dieu lui-même dans les cœurs, si ce n’est la présence même du Saint-Esprit qui est le doigt de Dieu ? Par le fait même de sa présence en nous, la charité est répandue dans nos cœurs, elle qui est la plénitude de la loi et la fin du précepte. (…) Alors que l’Ancien Testament abondait en promesses temporelles et terrestres, ce qui nous est promis maintenant , c’est le bien du cœur, le bien de l’esprit, le bien de l’âme, c’est-à-dire le bien spirituel. (…) Jérémie déclare que c’est en Dieu que se trouve la récompense, la fin, la plénitude de notre bonheur, en lui l’essentiel de la vie bienheureuse et éternelle : « Ils n’auront plus besoin d’instruire chacun son compagnon, chacun son frère, en se disant l’un à l’autre : « Apprends à connaître le Seigneur », car tous me connaîtront du plus petit jusqu’au plus grand. Ainsi la loi de la foi écrite dans les cœurs, et sa récompense qui est la contemplation de Dieu, sont l’héritage de l’Israël spirituel délivré de ce monde et elles appartiennent à la Nouvelle Alliance (…). On appartient à la Nouvelle Alliance par cela cela même qu’on a la loi de Dieu écrite, non pas sur des tables de pierre, mais dans le cœur, c’est-à-dire si on embrasse la justice de la loi de toute l’ardeur de son âme, au fond de laquelle la foi opère par la charité.

 


MARDI 7 JANVIER

Lecture suivie : Ps 37 (36), 32 – 40   « Espère le Seigneur et garde son chemin »

Référence complémentaire : Livre du Psautier (Ps 1)

Heureux l'homme qui ne suit pas le conseil des impies,

ni dans la voie des égarés ne s'arrête,

ni au siège des rieurs ne s'assied,

mais se plaît dans la loi du Seigneur,

mais murmure sa loi jour et nuit!

Il est comme un arbre planté auprès des cours d'eau;

celui-là portera fruit en son temps

et jamais son feuillage ne sèche;

tout ce qu'il fait réussit:

rien de tel pour les impies, rien de tel!

Mais ils sont comme la bale qu'emporte le vent.

Ainsi, les impies ne tiendront pas au Jugement,

ni les égarés, à l'assemblée des justes.

Car le Seigneur connaît la voie des justes,

mais la voie des impies se perd.

 


MERCREDI 8 JANVIER

Lecture suivie : Ps 37, 32 – 40  « Espère le Seigneur et garde son chemin »

Texte de méditation : SAINT LÉON LE GRAND (Sermon sur la Passion) – Ve siècle

Ne soyons pas pris par le spectacle des choses de ce monde ; que les biens de la terre ne détournent pas nos regards du ciel. Tenons pour dépassé ce qui n’est déjà presque plus rien ; que notre esprit, attaché à ce qui doit demeurer, fixe son désir aux promesses d'éternité. Bien que nous ne sommes encore « sauvés qu'en espérance » (Rm 8,24), bien que nous portions encore une chair sujette à la corruption et à la mort, on peut bien affirmer pourtant que nous vivons hors de la chair, si nous échappons à l'emprise de ses passions. Non, nous ne méritons plus le nom de cette chair dont nous avons fait taire les appels. Que le peuple de Dieu donc prenne conscience qu'il est « une créature nouvelle dans le Christ » (2Co 5,17). Qu'il comprenne bien qui l'a choisi, et qui il a lui-même choisi. Que l’être nouveau ne retourne pas à l'inconstance de son état ancien. Que « celui qui a mis la main à la charrue » (Lc 9,62) ne cesse de travailler, qu'il veille au grain qu'il a semé, qu'il ne se retourne pas vers ce qu'il a abandonné. Que personne ne retombe dans la déchéance d'où il s'est relevé. Et si, parce que la chair est faible, quelqu'un gît encore dans une de ses maladies, qu'il prenne la ferme résolution de guérir et de s'en relever. Telle est la voie du salut ; telle est la manière d’imiter la résurrection commencée dans le Christ. Que nos pas quittent les sables mouvants pour marcher sur la terre ferme, car il est écrit : « Le Seigneur mène les pas de l’homme et sa marche lui plaît. Quand le juste vient à tomber, il ne reste pas à terre, car le Seigneur lui tient la main » (Ps 36,23s). Frères bien-aimés, gardez bien ces réflexions à l'esprit pour sanctifier toute votre vie.

 


JEUDI 9 JANVIER

Lecture suivie : Ps 38 (37), 1 – 13  « Seigneur, tout mon désir est devant toi »

Référence complémentaire : Livre du Psautier (Ps 119, 17 – 24)

Sois bon pour ton serviteur et je vivrai, j'observerai ta parole.

Ouvre mes yeux: je regarderai aux merveilles de ta loi.

Etranger que je suis sur la terre, ne me cache pas tes commandements.

Mon âme se consume à désirer en tout temps tes jugements.

Tu t'en prends aux superbes, aux maudits,

qui sortent de tes commandements.

Décharge-moi de l'insulte et du mépris,

car je garde ton témoignage.

Que des princes tiennent séance et parlent contre moi,

ton serviteur médite tes volontés.

Ton témoignage, voilà mes délices,

tes volontés, mes conseillers.

 


VENDREDI 10 JANVIER

Lecture suivie : Ps 38 (37), 1 – 13  « Seigneur, tout mon désir est devant toi »

Texte de méditation : SAINT AUGUSTIN (Sur les Ps) – IVe-Ve siècles

Ta prière est ton désir même : Si continuel est ton désir, continuelle sera ta prière. Ce n’est pas en vain que l’apôtre a écrit : « Priez sans cesse » (1 Th 5, 17). Que ferons-nous donc ? Resterons-nous toujours à genoux, prosternés, ou les bras levés pour accomplir ce précepte ? Si nous devions toujours prier ainsi, je pense qu’alors nous ne pourrions pas prier sans interruption. Mais il y a une autre prière, tout intérieure, qui peut se faire sans interruption : c’est ton désir. Quoi que tu fasses, si tu désires le repos de Dieu, tu n’interromps pas ta prière. Donc, si tu veux ne jamais cesser de prière, ne cesse pas de désirer. Ton désir est continuel ? Ton cri sera continuel. Tu ne te tairas qu’à l’instant où tu cesseras d’aimer.

 


SAMEDI 11 JANVIER

PROPOSITION POUR LA JOURNÉE DU SAMEDI

REPRISE D’UNE SEMAINE DE LECTIO DIVINA

  • Avant d’entrer dans une nouvelle semaine (qui commence, pour les chrétiens, le samedi soir), nous vous proposons de prendre le temps aujourd’hui, en fin de semaine, de ressaisir ce qui a été votre « nourriture » de la Parole de Dieu reçue cette semaine pour l’orienter vers la prière et surtout la contemplation.
  • Pour la Lectio de ce jour, vous pouvez soit reprendre un des textes bibliques proposés durant la semaine, soit éventuellement reprendre les versets de l’Ecriture Sainte que vous aurez glanés au long des lectio de ces derniers jours et que vous aurez pu noter.
  • Cela nous permettra de vivre cette journée de Lectio dans le rayonnement de la prière de la Bienheureuse Vierge Marie, qui, docile à l’action en elle de l’Esprit Saint, « conservait avec soin toutes ces choses, les méditant en son cœur » (cf. Lc 2,19 et 51).