« Celui-là porte du fruit

et produit tantôt cent, tantôt soixante, tantôt trente » (Mt 13,23)

 

Lectio Divina - Saint Matthieu

Vous pouvez télécharger la version PDF en cliquant ici : Matthieu 13, semaine 3

 

COMMENT VIVRE LA LECTIO DIVINA QUOTIDIENNE

  • Commencer le temps quotidien de Lectio Divina par une prière à l’Esprit Saint. On peut prier par exemple une strophe du « Veni Creator » : « Esprit Saint, Fais-nous voir le visage du Très-HautEt révèle-nous celui du FilsEt toi l'Esprit commun qui les rassembleViens en nos cœurs, qu'à jamais nous croyions en toi».
  • Lire avec attention les textes proposés pour la journée. Les accueillir comme notre nourriture du jour, les prier en silence, ruminer cette Parole de Dieu. Peut-être noter sur un carnet une référence, un verset…
  • Conclure le temps de Lectio Divina par une acclamation de la Parole de Dieu reçue, par le Notre Père ou par une autre prière. Par exemple : « Accorde-nous, Dieu tout-puissant, de conformer à ta volonté nos paroles et nos actes dans une inlassable recherche des biens spirituels. Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi et le Saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen »

 


 

DIMANCHE 27 JANVIER

Lecture suivie : Mt 13, 18 – 23      " Celui qui entend la Parole est semé dans la bonne terre "

Référence complémentaire : Psaume 65 (64) 

Il est beau de te louer Dieu dans Sion,

de tenir ses promesses envers toi qui écoutes la prière.

Heureux ton invité, ton élu: il habite ta demeure!

Les biens de ta maison nous rassasient, les dons sacrés de ton temple!

Ta justice nous répond par des prodiges, Dieu notre sauveur,

espoir des horizons de la terre et des rives lointaines.

aux portes du levant et du couchant tu fais jaillir des cris de joie.

Tu visites la terre et tu l'abreuves, tu la combles de richesses;

les ruisseaux de Dieu regorgent d'eau: tu prépares les moissons.

Ainsi, tu prépares la terre,  tu arroses les sillons;

tu aplanis le sol, tu le détrempes sous les pluies, tu bénis les semailles.

Tu couronnes une année de bienfaits; sur ton passage, ruisselle l'abondance :

Au désert, les pâturages ruissellent, les collines débordent d'allégresse.

Les herbages se parent de troupeaux et les plaines se couvrent de blé.

Tout exulte et chante.



 

LUNDI 28 JANVIER

Lecture suivie : Mt 13, 18 – 23     " Celui qui entend la Parole est semé dans la bonne terre "

Texte de méditation : JEAN-PAUL II (Homélie)

Dans la parabole évangélique, Jésus lui-même s'est comparé au semeur, qui répand avec confiance les semences de sa parole dans le terrain des cœurs humains. Le fruit ne dépend pas uniquement de la semence, mais également des diverses conditions du terrain, c'est-à-dire de chacun de nous. Ecoutons les explications que Jésus lui-même a données de la parabole. La semence dévorée par les oiseaux rappelle l'intervention du malin, qui apporte dans le cœur l'incompréhension de la voie de Dieu (cf. Mc 8, 33), qui est toujours la voie de la Croix. La semence sans racine décrit la situation dans laquelle la Parole est acceptée de façon seulement extérieure, sans la profondeur d'adhésion au Christ et l'amour personnel pour Lui (cf. Col 2, 7), qui seuls permettent de la conserver. La semence étouffée renvoie aux préoccupations de la vie actuelle, à l'attraction exercée par le pouvoir, au bien-être, à l'orgueil. La Parole ne porte pas automatiquement du fruit: tout en étant divine - et donc toute-puissante -, elle s'adapte aux conditions du terrain, ou mieux, elle accepte les réponses que le terrain donne, et qui peuvent également être négatives. Mystère de la condescendance de Dieu, qui va jusqu'à se remettre entièrement entre les mains des hommes! Car, au fond, la semence déposée dans les divers terrains est Jésus lui-même (cf. Jn 12, 24). La lecture de cette parabole et de l'explication donnée par Jésus à ses disciples suscite en nous une réflexion nécessaire. Chers frères et sœurs, nous sommes le terrain dans lequel le Seigneur dépose inlassablement la semence de sa Parole et de son amour. Avec quelles dispositions l'accueillons-nous? Combien savons-nous le faire fructifier?



 

MARDI 29 JANVIER

Lecture suivie : Mt 13, 24 – 30   « laissez croître le blé et l’ivraie jusqu’à la moisson »

Référence complémentaire : Evangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 15, 16 – 27)

Ce n'est pas vous qui m'avez choisi; mais c'est moi qui vous ai choisis et vous ai établis pour que vous alliez et portiez du fruit et que votre fruit demeure, afin que tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donne. Ce que je vous commande, c'est de vous aimer les uns les autres. Si le monde vous hait, sachez que moi, il m'a pris en haine avant vous. Si vous étiez du monde, le monde aimerait son bien; mais parce que vous n'êtes pas du monde, puisque mon choix vous a tiré du monde, pour cette raison, le monde vous hait. Rappelez-vous la parole que je vous ai dite: Le serviteur n'est pas plus grand que son maître. S'ils m'ont persécuté, vous aussi ils vous persécuteront; s'ils ont gardé ma parole, la vôtre aussi ils la garderont. Mais tout cela, ils le feront contre vous à cause de mon nom, parce qu'ils ne connaissent pas celui qui m'a envoyé. Si je n'étais pas venu et ne leur avais pas parlé, ils n'auraient pas de péché; mais maintenant ils n'ont pas d'excuse à leur péché. Qui me hait, hait aussi mon Père. Si je n'avais pas fait parmi eux les œuvres que nul autre n'a faites, ils n'auraient pas de péché; mais maintenant ils ont vu et ils nous haïssent, et moi et mon Père. Mais c'est pour que s'accomplisse la parole écrite dans leur Loi: Ils m'ont haï sans raison. Lorsque viendra le Paraclet, que je vous enverrai d'auprès du Père, l'Esprit de vérité, qui vient du Père, il me rendra témoignage. Mais vous aussi, vous témoignerez, parce que vous êtes avec moi depuis le commencement.



 

MERCREDI 30 JANVIER

Lecture suivie : Mt 13, 24 – 30   « laissez croître le blé et l’ivraie jusqu’à la moisson »

Texte de méditation : BIENHEUREUX J.H. NEWMAN (Sermon)

Il y a des scandales dans l'Église, des choses blâmables et honteuses ; aucun catholique ne pourra le nier. Elle a toujours encouru le reproche et la honte d'être la mère de fils indignes ; elle a des enfants qui sont bons, elle en a bien d'avantage qui sont mauvais. Dieu aurait pu instituer une Église qui soit pure ; mais il a prédit que l'ivraie semée par l'ennemi demeurerait avec le froment jusqu'à la moisson, à la fin du monde. Il a affirmé que son Église serait semblable à un filet de pêcheur « qui ramasse des poissons de toutes sortes » que l'on ne trie pas avant le soir (Mt 13,47s). Allant plus loin encore, il a déclaré que les mauvais et les imparfaits l'emporteraient de beaucoup sur les bons. « Il y a beaucoup d'appelés, a-t-il dit, mais peu d'élus » (Mt 22,14), et son apôtre dit « qu'il subsiste un reste, élu par grâce » (Rm 11,5). Il y a donc sans cesse, dans l'histoire et dans la vie des catholiques, largement de quoi faire le jeu des contradicteurs. Mais nous ne baissons pas la tête de honte, pour cacher notre visage entre nos mains : nous levons nos mains et notre visage vers notre Rédempteur. « Comme les yeux des serviteurs vers la main de leur maître..., ainsi nos yeux vers le Seigneur notre Dieu, jusqu'à ce qu'il nous prenne en pitié » (Ps 122,2). Nous en appelons à toi, juste juge, car c'est toi qui nous regarde. Nous ne faisons aucun cas des hommes, tant que nous t'avons, toi, tant que nous avons ta présence en nos assemblées, ton témoignage et ton approbation en nos cœurs.



 

JEUDI 31 JANVIER

Lecture suivie : Mt 13, 31 – 35  « le Royaume des Cieux est semblable à un grain de sénevé »

Référence complémentaire : Livre du prophète Ezéchiel (Ez 17, 22 à 18, 4)

Ainsi parle le Seigneur Dieu: Moi, je prendrai à la cime du grand cèdre, au plus haut de ses rameaux je cueillerai une jeune pousse et je la planterai moi-même sur une montagne élevée et altière. Sur la haute montagne d'Israël je le planterai. Il poussera des branchages, il produira du fruit et deviendra un cèdre magnifique. Toutes sortes d'oiseaux habiteront sous lui, toutes sortes de volatiles reposeront à l'ombre de ses branches. Et tous les arbres de la campagne sauront que c'est moi, le Seigneur, qui abaisse l'arbre élevé et qui élève l'arbre abaissé, qui fait sécher l'arbre vert et fleurir l'arbre sec. Moi, le Seigneur, j'ai dit et je fais. La parole du Seigneur me fut adressée en ces termes: Qu'avez-vous à répéter ce proverbe au pays d'Israël: Les pères ont mangé des raisins verts, et les dents des fils ont été agacées? Par ma vie, oracle du Seigneur Dieu, vous n'aurez plus à répéter ce proverbe en Israël. Voici: toutes les vies sont à moi, aussi bien la vie du père que celle du fils, elles sont à moi.



 

VENDREDI 1ER FÉVRIER

Lecture suivie : Mt 13, 31 – 35  « le Royaume des Cieux est semblable à un grain de sénevé »

Texte de méditation : JEAN-PAUL II (Lettre Tertio millennio adveniente)

L'Église existe depuis deux mille ans. Comme le grain de sénevé évangélique, elle croît et devient un grand arbre capable de couvrir de ses frondaisons toute l'humanité (cf. Mt 13, 31-32). Le Concile Vatican II, dans la Constitution dogmatique sur l'Église, prenant en considération la question de l'appartenance à l'Église et de l'ordination au peuple de Dieu, s'exprime ainsi: « À cette unité catholique du peuple de Dieu, tous les hommes sont appelés; à cette unité appartiennent ou sont ordonnés, de diverses manières, aussi bien les fidèles catholiques que les autres qui croient au Christ, et enfin, en général, tous les hommes qui, par la grâce de Dieu, sont appelés au salut ». Pour sa part, Paul VI explique dans l'encyclique Ecclesiam suam que les hommes sont universellement impliqués dans le plan de Dieu, en soulignant qu'il y a différents cercles du dialogue du salut. En fonction de cette conception, on peut comprendre mieux encore la parabole du levain (cf. Mt 13, 33): le Christ, levain divin, pénètre toujours plus profondément le présent de la vie de l'humanité, en propageant l'œuvre du salut accomplie dans le Mystère pascal. Il englobe aussi dans son règne salvifique tout le passé du genre humain, en commençant par le premier Adam. L'avenir lui appartient: « Jésus Christ est le même hier et aujourd'hui, il le sera à jamais » (He 13, 8). De son côté, l'Église « ne vise qu'un seul but: continuer, sous la conduite de l'Esprit Paraclet, l'œuvre du Christ lui-même, venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité, pour sauver, non pour condamner, pour servir, non pour être servi ».



 

SAMEDI 2 FÉVRIER

 

PROPOSITION POUR LA JOURNÉE DU SAMEDI

REPRISE D’UNE SEMAINE DE LECTIO DIVINA

  • Avant d’entrer dans une nouvelle semaine (qui commence, pour les chrétiens, le samedi soir), nous vous proposons de prendre le temps aujourd’hui, en fin de semaine, de ressaisir ce qui a été votre « nourriture » de la Parole de Dieu reçue cette semaine pour l’orienter vers la prière et surtout la contemplation.
  • Pour la Lectio de ce jour, vous pouvez soit reprendre un des textes bibliques proposés durant la semaine, soit éventuellement reprendre les versets de l’Ecriture Sainte que vous aurez glanés au long des lectio de ces derniers jours et que vous aurez pu noter.
  • Cela nous permettra de vivre cette journée de Lectio dans le rayonnement de la prière de la Bienheureuse Vierge Marie, qui, docile à l’action en elle de l’Esprit Saint, « conservait avec soin toutes ces choses, les méditant en son cœur » (cf. Lc 2,19 et 51).