« C’est vous les humains que j’appelle,

dit la Sagesse » (Pr 8,4)

Lectio Divina - Livre des Proverbes

 

Vous pouvez télécharger la feuille au format pdf : Proverbes 1 à 9, semaine 8

 

COMMENT VIVRE LA LECTIO DIVINA QUOTIDIENNE

  • Commencer le temps quotidien de Lectio Divina par une prière à l’Esprit Saint. On peut prier par exemple une strophe du « Veni Creator » : « Esprit Saint, Fais-nous voir le visage du Très-HautEt révèle-nous celui du FilsEt toi l'Esprit commun qui les rassembleViens en nos cœurs, qu'à jamais nous croyions en toi».
  • Lire avec attention les textes proposés pour la journée. Les accueillir comme notre nourriture du jour, les prier en silence, ruminer cette Parole de Dieu. Peut-être noter sur un carnet une référence, un verset…
  • Conclure le temps de Lectio Divina par une acclamation de la Parole de Dieu reçue, par le Notre Père ou par une autre prière. Par exemple : « Seigneur tout-puissant et miséricordieux, ne laisse pas le souci de nos tâches présentes entraver notre marche à la rencontre de ton Fils ; mais éveille en nous cette intelligence du cœur qui nous prépare à l'accueillir et nous fait entrer dans sa propre vie. Lui qui règne pour les siècles des siècles.Amen »

 


DIMANCHE 2 AOÛT 

 Lecture suivie:Pr 7, 1 – 27  « inscris mes préceptes sur la tablette de ton cœur »

    Référence complémentaire :Livre du Deutéronome (Dt 6, 1 – 9) 

Tels sont les commandements, les lois et les coutumes que le Seigneur votre Dieu a ordonné de vous enseigner, afin que vous les mettiez en pratique dans le pays dont vous allez prendre possession. Ainsi, si tu crains le Seigneur ton Dieu tous les jours de ta vie, si tu observes toutes ses lois et ses commandements que je t'ordonne aujourd'hui, tu auras longue vie, toi, ton fils et le fils de ton fils. Puisses-tu écouter, Israël, garder et pratiquer ce qui te rendra heureux et te multipliera, ainsi que te l'a dit le Seigneur, le Dieu de tes pères, en te donnant une terre qui ruisselle de lait et de miel! Ecoute, Israël: Le Seigneur notre Dieu est le seul Seigneur. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton pouvoir. Que ces paroles que je te dicte aujourd'hui restent dans ton coeur! Tu les répéteras à tes fils, tu les leur diras aussi bien assis dans ta maison que marchant sur la route, couché aussi bien que debout; tu les attacheras à ta main comme un signe, sur ton front comme un bandeau; tu les écriras sur les poteaux de ta maison et sur tes portes.

 


LUNDI 3 AOÛT

Lecture suivie:Pr 7, 1 – 27  « inscris mes préceptes sur la tablette de ton cœur » 

Texte de méditation : BENOÎT XVI (Audience du 9 novembre 2011)

La loi divine, objet de l’amour passionné de tout croyant, est source de vie. Le désir de la comprendre, de l’observer, d’orienter vers elle tout son être est la caractéristique de l’homme juste et fidèle au Seigneur, qui « murmure sa loi jour et nuit » comme le récite le Psaume 1 (v. 2) : la loi de Dieu est une loi qu’il faut garder « sur le cœur », comme le dit le célèbre texte du Shema dans le Deutéronome : « Ecoute, Israël... Que ces paroles que je te dicte aujourd'hui restent dans ton cœur ! Tu les répéteras à tes fils, tu les leur diras aussi bien assis dans ta maison que marchant sur la route, couché aussi bien que debout » (6, 4.6-7). Centre de l’existence, la Loi de Dieu exige l’écoute du cœur, une écoute faite d’obéissance non servile, mais filiale, confiante, consciente. L’écoute de la Parole est une rencontre personnelle avec le Seigneur de la vie, une rencontre qui doit se traduire en choix concrets et devenir un chemin et une sequela. Lorsqu’on lui demande ce qu’il faut faire pour avoir la vie éternelle, Jésus indique la voie de l’observation de la Loi, mais en indiquant comment faire pour la porter à sa plénitude : « Une seule chose te manque : va, ce que tu as, vends-le et donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel ; puis, viens, suis-moi » (Mc 10, 21 et par.). L’accomplissement de la Loi est de suivre Jésus, d’aller sur le chemin de Jésus, en compagnie de Jésus.

 


MARDI 4 AOÛT

Lecture suivie :Pr 8, 1 – 11  « La Sagesse vaut mieux que les perles, rien ne l’égale »

Référence complémentaire : Livre de Job (Jb 28, 1 – 19)

Il existe, pour l'argent, des mines, pour l'or, un lieu où on l'épure. Le fer est tiré du sol, la pierre fondue livre du cuivre. On met fin aux ténèbres, on fouille jusqu'à l'extrême limite la pierre obscure et sombre. Des étrangers percent les ravins en des lieux non fréquentés, et ils oscillent, suspendus, loin des humains. La terre d'où sort le pain est ravagée en dessous par le feu. Là, les pierres sont le gisement du saphir, et aussi des parcelles d'or. L'oiseau de proie en ignore le sentier, l'oeil du vautour ne l'aperçoit pas. Il n'est point foulé par les fauves altiers, le lion ne l'a jamais frayé. L'homme s'attaque au silex, il bouleverse les montagnes dans leurs racines. Dans les roches il perce des canaux, l'oeil ouvert sur tout objet précieux. Il explore les sources des fleuves, amène au jour ce qui restait caché. Mais la Sagesse, d'où provient-elle? Où se trouve-t-elle, l'Intelligence? L'homme en ignore le chemin, on ne la découvre pas sur la terre des vivants. L'Abîme déclare: "Je ne la contiens pas!" et la Mer: "Elle n'est point chez moi!" On ne peut l'acquérir avec l'or massif, la payer au poids de l'argent, l'évaluer avec l'or d'Ophir, l'agate précieuse ou le saphir. On ne lui compare pas l'or ou le verre, on ne l'échange point contre un vase d'or fin. Coraux et cristal ne méritent pas mention, mieux vaudrait pêcher la Sagesse que les perles. Auprès d'elle, la topaze de Kush est sans valeur et l'or pur perd son poids d'échange.

 


MERCREDI 5 AOÛT

   Lecture suivie :Pr 8, 1 – 11  « La Sagesse vaut mieux que les perles, rien ne l’égale »

   Texte de méditation : SAINTE GERTRUDE D’HELFTA (Exercices) –  XIIIe siècle

Ô Sagesse admirable de Dieu, combien puissante, combien éclatante est ta voix ! Tu appelles à toi sans aucune exception tous ceux qui te désirent ; tu fais des humbles ta demeure ; tu chéris ceux qui te chérissent (Pr 8,17) ; tu juges la cause du pauvre ; avec bonté, tu as pitié de tous. « Tu ne hais rien de ce que tu as créé » ; « tu ne considères pas les péchés des hommes » et tu attends miséricordieusement qu’ils viennent à la pénitence (Sg 11,23-24). Toi qui renouvelles toutes choses, de grâce, renouvelle-moi et sanctifie-moi en toi, afin que tu puisses t’établir en mon âme. Fais que, dès le matin, je veille pour toi, afin de te trouver en vérité (Is 26,9; Sg 6,12-14) ; viens au-devant de moi, afin qu’en vérité je te désire avec ardeur. Avec quelle prudence tu procèdes dans tes desseins ! Avec quelle providence tu disposes tout, quand, en vue de sauver l’homme, tu as inspiré au Roi de gloire (Ps 23,8; 1Co 2,8). la pensée de la paix, l’accomplissement de la charité : cachant sa majesté, tu as imposé à ses épaules le moment favorable de l’amour, afin qu’il « porte sur le bois de la croix les péchés du peuple » (1P 2,24). Oh oui, Sagesse éclatante de Dieu, la malice du diable n’a pu entraver aucune de tes œuvres magnifiques; l'ampleur du mal que nous avons fait n’a pas pu prévaloir contre la multitude de tes miséricordes, contre l’immensité de ton amour, contre la plénitude de ta bonté. Bien plus, ton empressement souverain l’a emporté sur tous les obstacles, disposant toutes choses avec douceur, et « atteignant avec force d’un bout du monde à l’autre » (Sg 8,1).

 


JEUDI 6 AOÛT

Lecture suivie :Pr 8, 12 – 21 « qui me cherche avec empressement me trouve »

    Référence complémentaire :Evangile selon saint Matthieu (Mt 7, 7 – 14) 

« Demandez et l'on vous donnera; cherchez et vous trouverez; frappez et l'on vous ouvrira. Car quiconque demande reçoit; qui cherche trouve; et à qui frappe on ouvrira. Quel est d'entre vous l'homme auquel son fils demandera du pain, et qui lui remettra une pierre? Ou encore, s'il lui demande un poisson, lui remettra-t-il un serpent? Si donc vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus votre Père qui est dans les cieux en donnera-t-il de bonnes à ceux qui l'en prient! "Ainsi, tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le vous-mêmes pour eux: voilà la Loi et les Prophètes. "Entrez par la porte étroite. Large, en effet, et spacieux est le chemin qui mène à la perdition, et il en est beaucoup qui s'y engagent; mais étroite est la porte et resserré le chemin qui mène à la Vie, et il en est peu qui le trouvent ».

 


VENDREDI 7 AOÛT

Lecture suivie :Pr 8, 12 – 21 « qui me cherche avec empressement me trouve »

  Texte de méditation : Bx GUERRIC D’IGNY (S. pour l’Avent) – XIIe siècle

La Sagesse, selon son propre témoignage, se promène sur les sentiers de la justice (Pr 8,20) ; et "qui se saisit de la justice, la trouvera, et elle viendra à sa rencontre comme une mère très honorée" (Si 15,1-2). Elle s'en va partout à la recherche de ceux qui sont dignes d'elle, et "sur ses sentiers est leur montre un visage joyeux, allant au-devant d'eux en toute prudence" (Sg 6,17). Si tu as à te plaindre de ce qu'elle ne vient à toi que rarement ou jamais, examine si tu n'aurais pas corrompu ta voie. Car il est écrit : « la folie de l'homme corrompt sa voie, et en son cœur Dieu portera plainte » (Pr 19,3). En effet, "il se tient à la porte et frappe ; si quelqu'un lui ouvre, il soupera avec lui, et il lui fera goûter les délices de la table céleste" (Ap 3,20). L'Epouse dit : « c'est la voix de mon Bien-Aimé ! Il frappe : ouvre moi, ma sœur, mon épouse » (Ct 5,2). Ouvre-moi ton cœur, et je nourrirai, ouvre ta bouche, et je la remplirai (Ps 80,11). « J'ai ouvert la bouche, dit David, et attiré l'esprit. » (Ps 119,131) En effet, cet esprit devant notre face qu'est le Christ Seigneur, il ne s'agit pas seulement de l'inviter, mais de l'attirer, par la violence de la prière et par la véhémence de la ferveur, dans l'hôtellerie du cœur, suivant l'exemple des deux disciples dont l'Évangile rapporte l'histoire. Et lui, s'il fait parfois semblant d'aller plus loin (Lc 24,28), ce n'est assurément pas pour autre chose que pour éprouver la ferveur de ta charité. Mais quelle raison, dis-tu, Jésus a-t-il de faire semblant d'aller plus loin ? N'est-ce pas celle que déclare à son propre sujet l'Ecclésiaste : je me suis dit « : je deviendrai sage, et la sagesse s'est alors encore plus éloignée de moi » (Qo 7,24). Mais l'Epouse exprime ceci de façon plus claire encore, se faisant l'écho de notre plainte quotidienne, quand elle dit : "je me suis levé pour ouvrir à bien-aimé, mais il était parti et s'était éloigné. Je l'ai cherché, et ne l'ai pas trouvé ; je l'ai appelé, et il ne m'a pas répondu » (Ct 5,5-6). Il en fut de même avec la Cananéenne. Toi aussi, tu invoquais l'Esprit de Sagesse, tu cherchais dans l'oraison le souffle de la grâce : s'il semble s'éloigner de toi, ne désespère pas, mais insiste avec importunité jusqu'à ce qu'il te réponde : « grande est ta foi ! Il te soit fait selon ta demande » (Mt 15,28).

 


SAMEDI 8 AOÛT

PROPOSITION POUR LA JOURNÉE DU SAMEDI

Avant d’entrer dans une nouvelle semaine (qui commence, pour les chrétiens, le samedi soir), nous vous proposons de prendre le temps aujourd’hui de ressaisir ce qui a été votre « nourriture » de la Parole de Dieu reçue cette semaine pour l’orienter vers la prière et surtout la contemplation.

Pour la Lectio de ce jour, vous pouvez soit reprendre un des textes bibliques proposés durant la semaine, soit éventuellement reprendre les versets de l’Ecriture Sainte que vous aurez glanés au long des lectio de ces derniers jours et que vous aurez pu noter.

Cela nous permettra de vivre cette journée de Lectio dans le rayonnement de la prière de la Bienheureuse Vierge Marie, qui, docile à l’action en elle de l’Esprit Saint, « conservait avec soin toutes ces choses, les méditant en son cœur » (cf. Lc 2,19 et 51).