« Gardons indéfectible la confession de l’espérance » (He 10,23)

Lectio Divina - Lettre aux Hébreux

 

Vous pouvez télécharger la feuille hebdomadaire au format pdf : Lettre aux Hébreux, semaine 3

 

COMMENT VIVRE LA LECTIO DIVINA QUOTIDIENNE

  • Commencer le temps quotidien de Lectio Divina par une prière à l’Esprit Saint. On peut prier par exemple une strophe du « Veni Creator » : « Esprit Saint, Fais-nous voir le visage du Très-HautEt révèle-nous celui du FilsEt toi l'Esprit commun qui les rassembleViens en nos cœurs, qu'à jamais nous croyions en toi».
  • Lire avec attention les textes proposés pour la journée. Les accueillir comme notre nourriture du jour, les prier en silence, ruminer cette Parole de Dieu. Peut-être noter sur un carnet une référence, un verset…
  • Conclure le temps de Lectio Divina par une acclamation de la Parole de Dieu reçue, par le Notre Père ou par une autre prière. Par exemple : « Dieu qui as des disciples pleins de foi et de l’Esprit Saint, pour qu’ils portent aux païens le message du salut ; fais que l’Évangile du Christ, dont ils furent les Apôtres courageux, soit encore annoncé fidèlement en paroles et en actes. Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi et le Saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen »

 


DIMANCHE 27 OCTOBRE

Lecture suivie : He 10, 1 – 10 : « voici, je viens pour faire ô Dieu ta volonté »

Référence complémentaire : Livre du Psautier (Ps 40 (39) 2-9) 

D'un grand espoir j'espérais le Seigneur:

il s'est penché vers moi pour entendre mon cri.

Il m'a tiré de l'horreur du gouffre, de la vase et de la boue;

il m'a fait reprendre pied sur le roc, il a raffermi mes pas.

Dans ma bouche il a mis un chant nouveau, une louange à notre Dieu.

Beaucoup d'hommes verront, ils craindront, ils auront foi dans le Seigneur.

Heureux est l'homme qui met sa foi dans le Seigneur

et ne va pas du côté des violents, dans le parti des traîtres.

Tu as fait pour nous tant de choses, toi, Seigneur mon Dieu!

Tant de projets et de merveilles: non, tu n'as point d'égal!

Je les dis, je les redis encore; mais leur nombre est trop grand!

Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice, tu as ouvert mes oreilles;

tu ne demandais ni holocauste ni victime, alors j'ai dit: «Voici, je viens.

«Dans le livre, est écrit pour moi ce que tu veux que je fasse.

Mon Dieu, voilà ce que j'aime: ta loi me tient aux entrailles»

 


LUNDI 28 OCTOBRE

Lecture suivie : He 10, 1 – 10 : « voici, je viens pour faire ô Dieu ta volonté » 

Texte de méditation : ALPHONSE-MARIE DE LIGUORI (Discours) – XVIIIe siècle

« Le Christ dit en entrant dans le monde : ' Tu n'as voulu ni sacrifice, ni oblation, mais tu m'as formé un corps. Alors j'ai dit : Voici que je viens pour faire ta volonté ' » (He 10,5-7; Ps 40,7-9 LXX). Est-il bien vrai que pour nous sauver dans notre misère et pour conquérir notre amour, Dieu a voulu se faire homme ? Tellement vrai que c'est un article de foi : « Pour nous les hommes et pour notre salut il descendit du ciel... et s'est fait homme » (Credo). Oui, voilà ce que Dieu a fait pour se faire aimer de nous. C'est ainsi qu'il a voulu nous manifester la grandeur de son amour pour nous : « La grâce de Dieu notre Sauveur s'est manifestée à tous les hommes » (Tt 2,11). « L'homme ne m'aime pas, semble avoir dit le Seigneur, parce qu'il ne me voit pas. Je vais me rendre visible, converser avec lui, je m'en ferai sûrement aimer » : « il est apparu sur la terre, et il a conversé avec les hommes » (Ba 3,38). L'amour de Dieu pour l'homme est immense, immense de toute éternité : « Je t'ai aimé d'un amour éternel ; c'est pourquoi je t'ai attiré dans ma miséricorde » (Jr 31,3). Mais on n'avait pas encore vu combien il est grand, incompréhensible ; quand le Fils de Dieu s'est fait contempler sous la forme d'un enfant couché sur la paille dans une étable, il s'est vraiment manifesté : « Dieu notre Sauveur a fait paraître sa bonté et son amour pour les hommes » (Tt 3,4). « La création du monde, observe saint Bernard, a fait resplendir la puissance de Dieu, le gouvernement du monde, sa sagesse ; mais l'incarnation du Verbe a fait éclater sa miséricorde à tous les yeux ». « En méprisant Dieu, dit saint Fulgence, l'homme s'était séparé de lui pour toujours ; et comme l'homme ne pouvait plus retourner à Dieu, Dieu a daigné venir le trouver sur la terre. » Saint Augustin avait déjà dit : « Nous ne pouvions pas aller au médecin ; c'est pourquoi le médecin a eu la bonté de venir jusqu'à nous ».

 


MARDI 29 OCTOBRE

Lecture suivie : He 10, 11 – 18   « Je mettrai mes lois dans leur cœur »

Référence complémentaire : Livre du prophète Jérémie (Jr 31, 31 – 34)

Voici venir des jours -  oracle du Seigneur -  où je conclurai avec la maison d'Israël et la maison de Juda une alliance nouvelle. Non pas comme l'alliance que j'ai conclue avec leurs pères, le jour où je les pris par la main pour les faire sortir du pays d'Egypte -  mon alliance qu'eux-mêmes ont rompue bien que je fusse leur Maître, oracle du Seigneur! Mais voici l'alliance que je conclurai avec la maison d'Israël après ces jours-là, oracle du Seigneur. Je mettrai ma Loi au fond de leur être et je l'écrirai sur leur cœur. Alors je serai leur Dieu et eux seront mon peuple. Ils n'auront plus à instruire chacun son prochain, chacun son frère, en disant : "Ayez la connaissance du Seigneur!" Car tous me connaîtront, des plus petits jusqu'aux plus grands -  oracle du Seigneur -  parce que je vais pardonner leur crime et ne plus me souvenir de leur péché

 


MERCREDI 30 OCTOBRE

Lecture suivie : He 10, 11 – 18   « Je mettrai mes lois dans leur cœur »

Texte de méditation : SAINT AUGUSTIN (Sermon sur le Ps 119) – IVe-Ve siècles

Pourquoi donc demander que Dieu impose une loi, puisqu'il n'est point de loi pour le juste ? C’est plutôt qu’il n’y a pas de loi pour le juste, dans le même sens qu'elle est établie pour le peuple rebelle, sur des tables de pierre, et non sur des tables de chair, qui sont les cœurs. Il s’agit de cette loi dont parle le prophète Jérémie (Jr 31,31-33). Le psalmiste supplie le Seigneur de lui imposer une loi, non plus comme aux injustes et aux rebelles qui n'appartiennent pas au Nouveau Testament, une loi sur des tables de pierre ; mais une loi qui convienne à la sainte génération de l'épouse libre, ou de la Jérusalem céleste, aux enfants de la promesse, aux fils de l'héritage éternel, dans le cœur desquels Dieu écrit sa loi, de son doigt par le Saint-Esprit ; non plus pour qu'ils en conservent la mémoire pendant qu'ils la négligeront dans la pratique ; mais afin qu'ils la connaissent pour la comprendre, qu'ils la pratiquent en l'aimant d'un cœur dilaté par la charité, et non resserré par la crainte. Agir, en effet, par la crainte du châtiment, et non par l'amour de la justice, c'est agir en quelque sorte malgré soi. Mais celui qui agit malgré lui voudrait, s'il était possible, qu'il n'y eût point de commandement ; et dès lors il est l'ennemi, et non point l'ami de cette loi, qu'il souhaite qu'on ne lui ait point imposé ; son action, dès lors, ne saurait être pure, quand sa volonté est corrompue. On ne saurait dire alors ce que dit le Psalmiste dans ces versets : « J'ai couru dans la voie de vos commandements, quand vous avez dilaté mon cœur » ; puisque cette dilatation signifie la charité, qui est, selon l'Apôtre, la plénitude de la loi (Rm 13,10).

 


JEUDI 31 OCTOBRE

Lecture suivie : He 10, 19 – 25  « Jésus a inauguré un chemin nouveau et vivant »

Référence complémentaire : Evangile selon saint Jean (Jn 14, 5 – 14)

Thomas dit à Jésus : "Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment saurions-nous le chemin?" Jésus lui dit: "Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. Nul ne vient au Père que par moi. Si vous me connaissez, vous connaîtrez aussi mon Père; dès à présent vous le connaissez et vous l'avez vu." Philippe lui dit: "Seigneur, montre-nous le Père et cela nous suffit." Jésus lui dit: "Voilà si longtemps que je suis avec vous, et tu ne me connais pas, Philippe? Qui m'a vu a vu le Père. Comment peux-tu dire: Montre-nous le Père!? Ne crois-tu pas que je suis dans le Père et que le Père est en moi? Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même: mais le Père demeurant en moi fait ses œuvres. Croyez-m'en! je suis dans le Père et le Père est en moi. Croyez du moins à cause des œuvres mêmes. En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera, lui aussi, les œuvres que je fais; et il en fera même de plus grandes, parce que je vais vers le Père. Et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Si vous me demandez quelque chose en mon nom, je le ferai.

 


VENDREDI 1er NOVEMBRE – TOUSSAINT

Lecture suivie : He 10, 19 – 25  « Jésus a inauguré un chemin nouveau et vivant »

Texte de méditation : SAINT CYRILLE D’ALEXANDRIE (Sur Jn) – Ve siècle

Notre Seigneur Jésus-Christ a inauguré pour nous une voie nouvelle et vivante, en entrant, comme le dit saint Paul, non pas dans un sanctuaire fait de main d'homme, mais dans le ciel même, afin d'apparaître pour nous aux regards du Père. Car ce n'est pas pour se présenter lui-même aux regards de Dieu et son Père, que le Christ est monté ; il était en effet, et il est, et il sera toujours dans le Père et sous les yeux de Celui qui l'a engendré – car Il est Celui en qui Dieu met toujours sa joie – ; mais cette fois-ci, il monte pour se présenter comme homme, selon une économie insolite et inouïe, ce Verbe qui auparavant n'était pas revêtu d'humanité ; et cela, c'est pour nous, en notre faveur, de sorte qu’il soit là aussi trouvé comme un homme (Ph 2,7) <et que l'homme> soit trouvé comme Fils plein de puissance, et qu'avec sa chair il entende, dans la totalité de son être : « Assieds-toi à ma droite », et que la gloire de la filiation passe par Lui à tout le genre humain. Il est en effet l'un de nous, même quand il apparaît homme à la droite de Dieu et son Père ; même s'il est de soi au-dessus de toute créature et consubstantiel à Celui qui l'engendre – selon qu'il naît de Lui, Dieu de Dieu, lumière de lumière en toute vérité. Il est donc apparu comme homme devant le Père pour nous, afin de nous rétablir sous les regards de son Père, nous qui avions été chassés loin de ses regards en conséquence de l'antique prévarication ; Il s'est assis comme Fils, afin que nous aussi nous ayons la qualité de fils, enfants de Dieu. C'est pourquoi Paul, quand il atteste que le Christ parle en lui, écrit et enseigne que ce qui est arrivé au Christ en personne est possédé en commun avec lui par l'ensemble de la nature humaine : Il nous a ressuscités avec lui et nous fait siéger aux cieux (Ep 2,6). Au Christ, Fils par nature, appartiennent en propre le trône, la dignité, la gloire ; mais parce que Celui qui trône est semblable à nous, il fait passer en nous la grâce de cette gloire.

 


SAMEDI 2 NOVEMBRE

REPRISE D’UNE SEMAINE DE LECTIO DIVINA

  • Avant d’entrer dans une nouvelle semaine (qui commence, pour les chrétiens, le samedi soir), nous vous proposons de prendre le temps aujourd’hui, en fin de semaine, de ressaisir ce qui a été votre « nourriture » de la Parole de Dieu reçue cette semaine pour l’orienter vers la prière et surtout la contemplation.
  • Pour la Lectio de ce jour, vous pouvez soit reprendre un des textes bibliques proposés durant la semaine, soit éventuellement reprendre les versets de l’Ecriture Sainte que vous aurez glanés au long des lectio de ces derniers jours et que vous aurez pu noter.
  • Cela nous permettra de vivre cette journée de Lectio dans le rayonnement de la prière de la Bienheureuse Vierge Marie, qui, docile à l’action en elle de l’Esprit Saint, « conservait avec soin toutes ces choses, les méditant en son cœur » (cf. Lc 2,19 et 51).