« Si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi, car c’est de moi qu’il a écrit » (Jn 5, 46)

 

Lectio Divina - Saint Jean l'Evangéliste

Vous pouvez télécharger la version PDF en cliquant ici : Evangile selon saint Jean, 5-8, semaine 5

 

COMMENT VIVRE LA LECTIO DIVINA QUOTIDIENNE

  • Commencer le temps quotidien de Lectio Divina par une prière à l’Esprit Saint. On peut prier par exemple une strophe du « Veni Creator » : « Esprit Saint, Fais-nous voir le visage du Très-HautEt révèle-nous celui du FilsEt toi l'Esprit commun qui les rassembleViens en nos cœurs, qu'à jamais nous croyions en toi».
  • Lire avec attention les textes proposés pour la journée. Les accueillir comme notre nourriture du jour, les prier en silence, ruminer cette Parole de Dieu. Peut-être noter sur un carnet une référence, un verset…
  • Conclure le temps de Lectio Divina par une acclamation de la Parole de Dieu reçue, par le Notre Père ou par une autre prière. Par exemple : " Dieu qui as dévoilé pour nous les mystères de ton Verbe grâce à ton Apôtre saint Jean, rends- nous capables de comprendre et d’aimer les merveilles qu’il nous a fait connaître. Par Jésus le Christ notre Seigneur. Amen. "

 

           


DIMANCHE 26 AOÛT

Lecture suivie : Jn 5, 39 – 47   « Ce sont les Ecritures qui me rendent témoignage »

Référence complémentaire : Evangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 1, 68 – 79) 

"Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël, de ce qu'il a visité et délivré son peuple, et nous a suscité une puissance de salut dans la maison de David, son serviteur, selon qu'il l'avait annoncé par la bouche de ses saints prophètes des temps anciens, pour nous sauver de nos ennemis et de la main de tous ceux qui nous haïssent. Ainsi fait-il miséricorde à nos pères, ainsi se souvient-il de son alliance sainte, du serment qu'il a juré à Abraham, notre père, de nous accorder que, sans crainte, délivrés de la main de nos ennemis, nous le servions en sainteté et justice devant lui, tout au long de nos jours. Et toi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très-Haut; car tu marcheras devant le Seigneur, pour lui préparer les voies, pour donner à son peuple la connaissance du salut par la rémission de ses péchés; grâce aux sentiments de miséricorde de notre Dieu, dans lesquels nous a visités l'Astre d'en haut, pour illuminer ceux qui demeurent dans les ténèbres et l'ombre de la mort, afin de guider nos pas dans le chemin de la paix."

 


LUNDI 27 AOÛT

Lecture suivie : Jn 5, 39 – 47   « Ce sont les Ecritures qui me rendent témoignage »

Texte de méditation : Bx JEAN-PAUL II (Veritatis Splendor)

Dans le « Discours sur la Montagne », qui constitue la magna carta de la morale évangélique, Jésus dit : « N'allez pas croire que je sois venu abolir la Loi et les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir » (Mt 5, 17). Le Christ est la clé des Ecritures : « Vous scrutez les Ecritures, ce sont elles qui me rendent témoignage » (Jn 5, 39) ; il est le centre de l'économie du salut, la récapitulation de l'Ancien et du Nouveau Testament, des promesses de la Loi et de leur accomplissement dans l'Evangile ; il est le lien vivant et éternel entre l'Ancienne et la Nouvelle Alliance. Commentant l'affirmation de Paul « la fin de la loi, c'est le Christ » (Rm 10, 4), saint Ambroise écrit : « Fin, non en tant qu'absence, mais en tant que plénitude de la Loi : elle s'accomplit dans le Christ, du fait qu'il est venu non pour supprimer la Loi, mais pour la porter à son accomplissement. De la même manière qu'il y a un Ancien Testament, et que toute vérité cependant se trouve dans le Nouveau Testament, ainsi en est-il de la Loi : celle qui a été donnée par l'intermédiaire de Moïse est la figure de la vraie Loi. Donc, la Loi mosaïque est le prototype de la vérité ».

 


MARDI 28 AOÛT

Lecture suivie : Jn 6, 1 – 15  « Jésus prit les pains et, ayant rendu grâce, il les distribua »

Référence complémentaire : Evangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 22, 14 à 30)

Jésus se mit à table, et les apôtres avec lui. Et il leur dit : "J'ai ardemment désiré manger cette pâque avec vous avant de souffrir ; car je vous le dis, jamais plus je ne la mangerai jusqu'à ce qu'elle s'accomplisse dans le Royaume de Dieu." Puis, ayant reçu une coupe, il rendit grâces et dit : "Prenez ceci et partagez entre vous ; car, je vous le dis, je ne boirai plus désormais du produit de la vigne jusqu'à ce que le Royaume de Dieu soit venu." Puis, prenant du pain, il rendit grâces, le rompit et le leur donna, en disant : "Ceci est mon corps, donné pour vous ; faites cela en mémoire de moi." Il fit de même pour la coupe après le repas, disant : "Cette coupe est la nouvelle Alliance en mon sang, versé pour vous (…) Il s'éleva aussi entre eux une contestation: lequel d'entre eux pouvait être tenu pour le plus grand ? Il leur dit : "Les rois des nations dominent sur eux, et ceux qui exercent le pouvoir sur eux se font appeler Bienfaiteurs. Mais pour vous, il n'en va pas ainsi. Au contraire, que le plus grand parmi vous se comporte comme le plus jeune, et celui qui gouverne comme celui qui sert. Quel est en effet le plus grand, celui qui est à table ou celui qui sert ? N'est-ce pas celui qui est à table ? Et moi, je suis au milieu de vous comme celui qui sert ! "Vous êtes, vous, ceux qui êtes demeurés constamment avec moi dans mes épreuves; et moi je dispose pour vous du Royaume, comme mon Père en a disposé pour moi : vous mangerez et boirez à ma table en mon Royaume, et vous siégerez sur des trônes pour juger les douze tribus d'Israël.

 


MERCREDI 29 AOÛT

Lecture suivie :  Jn 6, 1 – 15  « Jésus prit les pains et, ayant rendu grâce, il les distribua »

Texte de méditation : SAINT AUGUSTIN (Sur Jn)

Les miracles accomplis par notre Seigneur Jésus Christ sont vraiment des œuvres divines. Ils disposent l'intelligence humaine à connaître Dieu à partir de ce qui est visible, puisque nos yeux sont incapables de le voir en raison même de sa nature. En plus, les miracles que Dieu opère pour gouverner l'univers et organiser toute sa création ont tellement perdu de leur valeur à force de se répéter, que presque personne ne prend la peine de remarquer quelle œuvre merveilleuse et étonnante il réalise dans n'importe quelle petite graine de semence. C'est pourquoi, dans sa bienveillance, il s'est réservé d'accomplir au moment choisi certaines actions en dehors du cours habituel des choses. Ainsi, ceux qui tiennent pour négligeables les merveilles de tous les jours restent stupéfaits à la vue d’œuvres qui sortent de l'ordinaire et cependant ne l'emportent pas sur celles-là. Gouverner l'univers est en vérité un miracle plus grand que de rassasier cinq mille hommes avec cinq pains ! Et pourtant personne ne s'en étonne. Qui, en effet, nourrit aujourd'hui encore l'univers sinon celui qui, avec quelques grains, crée les moissons ? Le Christ a donc agi en Dieu. C’est par sa puissance divine qu’il fait sortir d’un petit nombre de grains de riches moissons ; c’est par cette même puissance qu’il a multiplié les cinq pains. Les mains du Christ étaient pleines de puissance ; ces cinq pains étaient comme des semences non jetées en terre mais multipliées par celui qui a fait le ciel et la terre.

 


JEUDI 30 AOÛT

Lecture suivie : Jn 6, 16 – 21     « C’est moi, dit Jésus, n’ayez pas peur »

Référence complémentaire : Livre des Psaumes (Ps 46, 2 – 11)

Dieu est pour nous refuge et force, secours dans l'angoisse toujours offert.

Aussi ne craindrons-nous si la terre est changée,

si les montagnes chancellent au cœur des mers,

lorsque mugissent et bouillonnent leurs eaux

et que tremblent les monts à leur soulèvement.

Avec nous, le Seigneur Sabaot, citadelle pour nous, le Dieu de Jacob!

Un fleuve! Ses bras réjouissent la cité de Dieu, il sanctifie les demeures du Très-Haut.

Dieu est en elle; elle ne peut chanceler, Dieu la secourt au tournant du matin;

des peuples mugissaient, des royaumes chancelaient,

il a élevé la voix, la terre se dissout.

Avec nous, le Seigneur Sabaot, citadelle pour nous, le Dieu de Jacob!

Allez, contemplez les hauts faits du Seigneur, lui qui remplit la terre de stupeurs.

Il met fin aux guerres jusqu'au bout de la terre;

l'arc, il l'a rompu, la lance, il l'a brisée, il a brûlé les boucliers au feu.

"Arrêtez, connaissez que moi je suis Dieu, exalté sur les peuples, exalté sur la terre!"

 


VENDREDI 31 AOÛT

Lecture suivie : Jn 6, 16 – 21     « C’est moi, dit Jésus, n’ayez pas peur  »

Texte de méditation : Ste Thérèse-Bénédicte de la Croix (Édith Stein) (Poésie)

« C'est moi. Soyez sans crainte »

-- Seigneur, que les vagues sont hautes,

que la nuit est obscure !

Ne voudrais-tu pas l'éclairer

pour moi qui veille solitaire ?

 

-- Tiens fermement le gouvernail,

garde confiance et reste calme.

Ta barque a du prix à mes yeux,

je veux la mener à bon port.

 

Garde bien sans défaillance

les yeux fixés sur le compas.

Il aide à parvenir au but

à travers nuits et tempêtes.

 

L'aiguille du compas de bord

frémit mais se maintient.

Elle te montrera le cap

que je veux te voir prendre.

 

Garde confiance et reste calme :

à travers nuits et tempêtes

la volonté de Dieu, fidèle,

te guide, si ton cœur veille.

 


SAMEDI 1er SEPTEMBRE

PROPOSITION POUR LA JOURNÉE DU SAMEDI

Avant d’entrer dans une nouvelle semaine (qui commence, pour les chrétiens, le samedi soir), nous vous proposons de prendre le temps aujourd’hui de ressaisir ce qui a été votre « nourriture » de la Parole de Dieu reçue cette semaine pour l’orienter vers la prière et surtout la contemplation.

Pour la Lectio de ce jour, vous pouvez soit reprendre un des textes bibliques proposés durant la semaine, soit éventuellement reprendre les versets de l’Ecriture Sainte que vous aurez glanés au long des lectio de ces derniers jours et que vous aurez pu noter.

Cela nous permettra de vivre cette journée de Lectio dans le rayonnement de la prière de la Bienheureuse Vierge Marie, qui, docile à l’action en elle de l’Esprit Saint, « conservait avec soin toutes ces choses, les méditant en son cœur » (cf. Lc 2,19 et 51).