« Tu appelleras, et le Seigneur te dira : « Me voici ! » (Is 58,9)

 
Lectio Divina - Isaïe

Vous pouvez télécharger la version PDF en cliquant ici : 28-1 (Is 56-66).pdf


COMMENT VIVRE LA LECTIO DIVINA QUOTIDIENNE

  • Commencer le temps quotidien de Lectio Divina par une prière à l’Esprit Saint. On peut prier par exemple une strophe du « Veni Creator » : « Esprit Saint, Fais-nous voir le visage du Très-HautEt révèle-nous celui du FilsEt toi l'Esprit commun qui les rassembleViens en nos cœurs, qu'à jamais nous croyions en toi».
  • Lire avec attention les textes proposés pour la journée. Les accueillir comme notre nourriture du jour, les prier en silence, ruminer cette Parole de Dieu. Peut-être noter sur un carnet une référence, un verset…
  • Conclure le temps de Lectio Divina par une acclamation de la Parole de Dieu reçue, par le Notre Père ou par une autre prière. Par exemple : « Dieu éternel et tout-puissant, unique espoir du monde, toi qui annonçais par la voix des prophètes les mystères qui s'accomplissent aujourd'hui, Daigne inspirer toi-même les désirs de ton peuple, puisqu'aucun de tes fidèles ne peut progresser en vertu sans l'inspiration de ta grâce. Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi et le Saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen»

 


SEMAINE 1

« Tu appelleras, et le Seigneur te dira : « Me voici ! » (Is 58,9)

 

 

Références de lecture

DIMANCHE 21 NOVEMBRE : Is 56,1 à 57,2

LUNDI 22 NOVEMBRE : Is 57, 3 – 13

MARDI 23 NOVEMBRE : Is 57, 14 – 21

MERCREDI 24 NOV. : Is 58, 1 – 14

JEUDI 25 NOV. : Is 59, 1 – 8   

VENDREDI 26 NOV. : Is 59, 9 – 21

SAMEDI 27 NOVEMBRE: Reprise

 



 

Présentation d’Is 56 à 66 : Les humbles vivront du Salut

 

Le Livre d’Isaïe est une œuvre monumentale, rédigée sur plusieurs siècles, depuis les oracles du prophète Isaïe prêchant à Jérusalem au 8e siècle av. JC, jusqu’après le retour d’Exil, où l’on pourra méditer sur la perspective de la plénitude des temps à venir. Plusieurs thèmes majeures traversent l’ensemble du livre : le Salut pour un peuple enfermé dans son infidélité ; la figure messianique ; la Cité Sainte de Jérusalem, figure du peuple sanctifié par la présence du Seigneur, figure de l’Eglise dans la relecture chrétienne des prophéties.

Is 56 à 66 : ces chapitres sont souvent appelés « Troisième-Isaïe ». Ils constituent un recueil d’oracles prophétiques datant de la période qui suit le retour d’Exil (VI-Ve siècle av. JC). Ils s’appuient sur le message des chapitres 40 à 55 (Deuxième-Isaïe), et le prolongent Après plusieurs exhortations à la conversion pour vivre du Salut offert par le Seigneur (chapitres 56 à 59), nous trouvons de grands oracles sur la splendeur de la Jérusalem sauvée et sur la vocation prophétique ; dont le chapitre 61 que Jésus proclamera dans la synagogue de Nazareth. Deux thèmes courent tout au long de ces chapitres : l’espérance du salut, et l’attitude d’humilité nécessaire pour vivre de ce salut

Les deux années passées, nous avions déjà prié Is 40 à 48, puis Is 48 à 55. Pour ces temps de l’Avent et de Noël, nous vous proposons de terminer le Livre d’Isaïe en recevant les chapitres 56 à 66.

 


 

SEMAINE 2

 « Le Seigneur m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres » (Is 61, 1)

 

 

Références de lecture

DIMANCHE 28 NOVEMBRE : Is 60, 1 – 12

LUNDI 29 NOVEMBRE : Is 60, 13 – 22

MARDI 30 NOVEMBRE : Is 61, 1 – 11

MERCREDI 1er DÉC. : Is 62, 1 – 12

JEUDI 2 DÉC.  : Is 63, 1 – 6

VENDREDI 3 DÉC.  : Is 63, 7 – 19

SAMEDI 4 DÉCEMBRE : Reprise

 

 


PROPOSITION POUR LA JOURNÉE DU SAMEDI

REPRISE D’UNE SEMAINE DE LECTIO DIVINA

  • Avant d’entrer dans une nouvelle semaine (qui commence, pour les chrétiens, le samedi soir), nous vous proposons de prendre le temps aujourd’hui, en fin de semaine, de ressaisir ce qui a été votre « nourriture » de la Parole de Dieu reçue cette semaine pour l’orienter vers la prière et surtout la contemplation.
  • Pour la Lectio de ce jour, vous pouvez soit reprendre un des textes bibliques proposés durant la semaine, soit éventuellement reprendre les versets de l’Ecriture Sainte que vous aurez glanés au long des lectio de ces derniers jours et que vous aurez pu noter.
  • Cela nous permettra de vivre cette journée de Lectio dans le rayonnement de la prière de la Bienheureuse Vierge Marie, qui, docile à l’action en elle de l’Esprit Saint, « conservait avec soin toutes ces choses, les méditant en son cœur » (cf. Lc 2,19 et 51).

 


 

SEMAINE 3

« Ah ! Si tu déchirais les cieux et descendais » (Is 63, 19)

 

 

Références de lecture

DIMANCHE 5 DÉCEMBRE : Is 63,19 à 64,11

LUNDI 6 DÉCEMBRE : Is 65, 1 – 16

MARDI 7 DÉCEMBRE : Is 65, 17 – 25

MERCREDI 8 DÉC. : Is 66, 1 – 4

JEUDI 9 DÉC.  : Is 66, 5 – 17

VENDREDI 10 DÉC. : Is 66, 18 – 24

SAMEDI 11 DÉCEMBRE : Reprise

 



 

LA PAROLE PROPHÉTIQUE S’ACCOMPLIT EN JÉSUS CHRIST

Lorsque Jésus inaugure son ministère dans la synagogue de Nazareth, tel que le rapporte saint Luc dans son Evangile, il proclame un texte du Livre d’Isaïe (Is 61) puis donne ce bref et décisif commentaire : « Cette parole de l’Ecriture, aujourd’hui, elle s’accomplit à vos oreilles » (Lc 4,21). L’accomplissement : désormais, c’est la lumière neuve de Jésus Christ qui est projetée sur les textes de l’Ecriture et qui leur donne toute leur signification, leur sens ultime et définitif. Telle est la colonne vertébrale du Nouveau Testament et le type de liens qui l’unit à l’Ancien Testament. Il ne faut donc pas trop les séparer ou les opposer, ni les voir dans une simple continuité l’un de l’autre, mais dans une relation plus dynamique et surtout plus féconde. Pour un chrétien, l’Ancien Testament a besoin du témoignage du Nouveau Testament pour déployer toutes ses virtualités ; inversement, l’Ancien Testament porte un témoignage précieux sur Jésus, dont il avait annoncé la venue. Appuyés sur ce témoignage, les Apôtres reconnaîtront en Jésus, le Messie, celui qui, par sa venue, conduit le monde à son accomplissement : « Quand vint la plénitude du temps, Dieu envoya son Fils, né d’une femme » confessera saint Paul (Ga 4,4). Les chapitres que nous recevons ces jours-ci annoncent un salut qui ne se réduit pas au retour de l’exil à Babylone, mais s’étend à la libération de la véritable servitude : le péché au cœur de l’homme.

 


 

PÉDAGOGIE DIVINE DE LA « LECTIO DIVINA » – QUELQUES CONSEILS

 

  • Alors que nous allons bientôt entrer dans une nouvelle année liturgique, avec le début du Temps de l’Avent, nous vous proposons de poursuivre notre parcours dans l’Ancien Testament, plus précisément dans ce qui fait le cœur de l’AT de notre Bible chrétienne : les textes prophétiques qui annoncent et préparent ce qui s’accomplit dans le mystère du Salut réalisé en plénitude par Jésus Christ. Jonas nous y a introduits.
  • A partir du 21 novembre, nous vous proposons donc, selon la pédagogie propre de la Lectio Divina, de lire, de méditer, de prier, de contempler, la Parole de Dieu dans les chapitres 56 à 66 du Livre d’Isaïe.
  • Jusqu’au 11 décembre, à l’aide des références données par cette feuille, nous vous invitons d’abord à prendre le temps de la LECTURE priante du texte, en lecture continue. C’est la raison pour laquelle durant ces semaines, le programme quotidien de la lectio ne comporte pas de textes complémentaires ni de commentaires de la tradition chrétienne (cela viendra pour la seconde et la troisième lecture de ces chapitres de l’Evangile, à partir du 12 décembre).

 

  • Cette première étape permet de recevoir la Parole de Dieu dans la cohérence d’un texte entier. C’est toute l’Ecriture qui est Parole de Dieu. Rendez-vous disponibles pour cette lecture priante vécue sous la lumière de l’Esprit Saint. N’oubliez pas qu’elle est d’abord une nourriture spirituelle, c’est-à-dire qu’il faut le temps de l’assimiler avant de chercher à enrichir notre connaissance intellectuelle.
  • Certains jours, ce sera une lecture peut-être lumineuse, où un mot, un verset, s’imposent soudain à nous ; dans ce cas, recueillons-le, notons-le peut-être, et faisons de ce qui nous est donné notre prière.
  • D’autres jours, ce sera plus laborieux, voire plus décevant (à vue humaine) ; c’est alors une invitation à persévérer et non à se décourager, le Seigneur travaille plus souvent dans le secret du cœur que dans la lumière éblouissante, il faut du temps pour que le grain semé commence à laisser apparaître une jeune pousse. Respectez ce temps nécessaire. Je vous rappelle que le vrai fruit de toute prière ne s’évalue pas dans la prière elle-même, mais dans notre vie, nos actes et nos choix. Pour soutenir votre prière, à condition que cela ne la remplace pas, vous pouvez également parfois  lire (en plus du texte biblique) tel ou tel paragraphe du « Dossier  de présentation » de la Lectio Divina.
  • D’autres jours enfin, vous vous sentirez moins disponibles et le temps de la Lectio Divina lui-même, indépendamment du texte prié, vous semblera plus difficile à « habiter », ou même à prendre. Dans une vie bien occupée, il est normal que cela arrive. Je vous conseille alors de prendre quand même ce temps, au moins le minimum, de faire un acte de foi en la puissance de la Parole de Dieu et de lire comme vous le pouvez le ou les texte(s) prévu(s). Saint Paul nous a bien dit que l’Esprit Saint venait au secours de notre faiblesse, pour nous apprendre à prier. N’attendons pas d’être dans une disponibilité d’esprit idéale pour se mettre à la prière ; et si c’était la prière elle-même, même pauvre et peu satisfaisante, qui pouvait nous aider à grandir dans notre disponibilité ?
  • N’oublions pas que l’Ecriture s’éclaire elle-même, qu’un verset pourra prendre tout son sens en relation avec d’autres versets. Il peut donc être utile de prendre l’habitude de noter sur un carnet, dans un cahier, les versets qui auront été votre nourriture du jour. 
  • Durant le temps quotidien de Lectio Divina, après avoir invoqué l’Esprit Saint et pris le temps de lire posément, calmement, le texte de la Parole de Dieu, on peut alors s’appuyer sur un mot, une phrase, un verset du texte biblique que l’on vient de lire, pour entrer dans la prière silencieuse où nous laissons la Parole de Dieu nous imprégner