« Abram partit, sur la Parole du Seigneur » (Gn 12,4)

Lectio Divina - Abraham et Isaac

Vous pouvez télécharger la version PDF en cliquant ici : Genèse 12-23, semaines 1 à 3

 

COMMENT VIVRE LA LECTIO DIVINA QUOTIDIENNE

  • Commencer le temps quotidien de Lectio Divina par une prière à l’Esprit Saint. On peut prier par exemple une strophe du « Veni Creator » : « Esprit Saint, Fais-nous voir le visage du Très-HautEt révèle-nous celui du FilsEt toi l'Esprit commun qui les rassembleViens en nos cœurs, qu'à jamais nous croyions en toi».
  • Lire avec attention les textes proposés pour la journée. Les accueillir comme notre nourriture du jour, les prier en silence, ruminer cette Parole de Dieu. Peut-être noter sur un carnet une référence, un verset…
  • Conclure le temps de Lectio Divina par une acclamation de la Parole de Dieu reçue, par le Notre Père ou par une autre prière. Par exemple : « Seigneur notre Dieu, tu as promis à Abraham, en récompense de sa foi, que ton Fils unique prendrait chair de sa descendance ; nous t’en prions : que la foi reçue dans le baptême opère en nous par la charité jusqu’à la mort, et nous obtienne de naître à la vie éternelle. P ar Jésus Christ ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi et le Saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen » 

 


SEMAINE 1

« Abram partit, sur la Parole du Seigneur » (Gn 12,4)

Références de lecture

DIMANCHE 30 SEPTEMBRE

Gn 12, 1 – 9 : « Va, quitte ton pays, ta parenté et la maison de ton père »

LUNDI 1ER OCTOBRE

Gn 12, 10 – 20 : « il y eut une famine et Abram descendit demeurer en Egypte »

MARDI 2 OCTOBRE

Gn 13, 1 – 18 : « je te donnerai tout le pays que tu vois, à toi et à ta postérité »

MERCREDI 3 OCTOBRE

Gn 14, 1 – 16 : « Abram reprit tous ses biens, ainsi que son parent Lot »

JEUDI 4 OCTOBRE

Gn 14, 17 – 24  : « Melchisédech apporta du pain et du vin »

VENDREDI 5 OCTOBRE

Gn 15, 1 – 21 : « Abram crut dans le Seigneur qui le lui compta comme justice »

SAMEDI 6 OCTOBRE : Reprise

 

PROPOSITION POUR LA JOURNÉE DU SAMEDI :

Avant d’entrer dans une nouvelle semaine (qui commence, pour les chrétiens, le samedi soir), nous vous proposons de prendre le temps aujourd’hui, en fin de semaine, de ressaisir ce qui a été votre « nourriture » de la Parole de Dieu reçue cette semaine pour l’orienter vers la prière et surtout la contemplation.

Pour la Lectio de ce jour, vous pouvez soit reprendre un des textes bibliques proposés durant la semaine, soit éventuellement reprendre les versets de l’Ecriture Sainte que vous aurez glanés au long des lectio de ces derniers jours et que vous aurez pu noter.

Cela nous permettra de vivre cette journée de Lectio dans le rayonnement de la prière de la Bienheureuse Vierge Marie, qui, docile à l’action en elle de l’Esprit Saint, « conservait avec soin toutes ces choses, les méditant en son cœur » (cf. Lc 2,19 et 51).

 


PÉDAGOGIE DIVINE DE LA « LECTIO DIVINA » – QUELQUES CONSEILS

 

Pour les 3 premières semaines, à l’aide des références données par cette feuille, nous vous invitons d’abord à prendre le temps de la LECTURE priante du texte, en lecture continue. C’est la raison pour laquelle durant ces semaines, le programme quotidien de la lectio ne comporte pas de textes complémentaires ni de commentaires de la tradition chrétienne (cela viendra pour la seconde et la troisième lecture de ces chapitres, à partir du 21 octobre).

Cette première étape permet de recevoir la Parole de Dieu dans la cohérence d’un texte entier. C’est toute l’Ecriture qui est Parole de Dieu. Rendez-vous disponibles pour cette lecture priante vécue sous la lumière de l’Esprit Saint. N’oubliez pas qu’elle est d’abord une nourriture spirituelle, c’est-à-dire qu’il faut le temps de l’assimiler avant de chercher à la méditer.

 

Certains jours, ce sera une lecture peut-être lumineuse, où un mot, un verset, s’imposent soudain à nous ; dans ce cas, recueillons-le, notons-le peut-être, et faisons de ce qui nous est donné notre prière.

D’autres jours, ce sera plus laborieux, voire plus décevant (à vue humaine) ; c’est alors une invitation à persévérer et non à se décourager, le Seigneur travaille plus souvent dans le secret du cœur que dans la lumière éblouissante, il faut du temps pour que le grain semé commence à laisser apparaître une jeune pousse. Respectez ce temps nécessaire. Je vous rappelle que le vrai fruit de toute prière ne s’évalue pas dans la prière elle-même, mais dans notre vie, nos actes et nos choix. Pour soutenir votre prière, à condition que cela ne la remplace pas, vous pouvez également parfois  lire (en plus du texte biblique) tel ou tel paragraphe du « Dossier  de présentation » de la Lectio Divina (cf. site web).

D’autres jours enfin, vous vous sentirez moins disponibles et le temps de la Lectio Divina lui-même, indépendamment du texte prié, vous semblera plus difficile à « habiter », ou même à prendre. Dans une vie bien occupée, il est normal que cela arrive. Je vous conseille alors de prendre quand même ce temps, au moins le minimum, de faire un acte de foi en la puissance de la Parole de Dieu et de lire comme vous le pouvez le ou les texte(s) prévu(s). Saint Paul nous a bien dit que l’Esprit Saint venait au secours de notre faiblesse, pour nous apprendre à prier. N’attendons pas d’être dans une disponibilité d’esprit idéale pour se mettre à la prière ; et si c’était la prière elle-même, même pauvre et peu satisfaisante, qui pouvait nous aider à grandir dans notre disponibilité ?

N’oublions pas que l’Ecriture s’éclaire elle-même, qu’un verset pourra prendre tout son sens en relation avec d’autres versets. Il peut donc être utile de prendre l’habitude de noter sur un carnet, dans un cahier, les versets qui auront été votre nourriture du jour. 

Durant le temps quotidien de Lectio Divina, après avoir invoqué l’Esprit Saint et pris le temps de lire posément, calmement, le texte de la Parole de Dieu, on peut alors s’appuyer sur un mot, une phrase, un verset du texte biblique que l’on vient de lire, pour entrer dans la prière silencieuse où nous laissons la Parole de Dieu nous imprégner

 


SEMAINE 2

 

«  Je suis El Shaddaï, marche en ma présence et sois parfait » (Gn 17,1)

Références de lecture

 

DIMANCHE 7 OCTOBRE

Gn 16, 1 – 15 : « Tu enfanteras un fils, tu l’appelleras Ismaël, car Dieu a entendu ta détresse »

LUNDI 8 OCTOBRE

Gn 17, 1 – 14  : « J’établirai mon alliance entre moi et toi, alliance perpétuelle »

MARDI 9 OCTOBRE

Gn 17, 15 – 27 : « Ta femme Sara te donnera un fils, tu l’appelleras Isaac »

MERCREDI 10 OCTOBRE

Gn 18, 1 – 16 : « Y a-t-il rien de trop merveilleux pour le Seigneur ? »

JEUDI 11 OCTOBRE – Ouverture de l’Année de la Foi

Gn 18, 17 – 33 : « Si je trouve à Sodome 50 justes dans la ville, je pardonnerai à toute la cité à cause d’eux »

VENDREDI 12 OCTOBRE

Gn 19, 1 – 38 : « Dieu s’est souvenu d’Abraham, il a retiré Lot du désastre »

SAMEDI 13 OCTOBRE

Reprise      

 


SEMAINE 3

 

 

« C’est Dieu qui pourvoira à l’agneau pour l’holocauste, mon fils » (Gn 22,8)

Références de lecture

 

DIMANCHE 14 OCTOBRE

 

Gn 20, 1 – 18 : « Abraham intercéda et Dieu guérit Abimélek »

LUNDI 15 OCTOBRE

Gn 21, 1 – 7   : « Dieu m’a donné de quoi rire, tous me souriront »

MARDI 16 OCTOBRE

Gn 21, 8 – 21 : « Dieu fut avec Ismaël, il grandit et demeura au désert »

MERCREDI 17 OCTOBRE

Gn 21, 22 – 34 : « Abraham et Abimélek conclurent une alliance »

JEUDI 18 OCTOBRE

Gn 22, 1 – 24 : « Va, prends ton fils, ton unique, que tu chéris, Isaac »

VENDREDI 19 OCTOBRE

Gn 23, 1 – 20 : « je suis chez vous un étranger et un résident, dit Abraham »

SAMEDI 20 OCTOBRE

Reprise

 


LE CYCLE D’ABRAHAM, PÈRE DES CROYANTS (Gn 12 à 23)

« Vraiment, frères très chers, tout ce qui a été écrit dans l’Ancien Testament a été d’avance le type ou l’image du Nouveau Testament, comme le dit l’Apôtre ‘En effet, toutes ces choses leur arrivaient en figure et ont été écrites pour nous qui touchons à la fin des temps’. Si c’est donc pour nous qu’elles ont été écrites, ce qui, d’après l’Écriture, est arrivé alors corporellement à Abraham, nous le voyons accompli en nous spirituellement, si nous vivons dans la sainteté et la justice »

saint Césaire d’Arles

C’est bien comme cela qu’il faut aborder la lecture priante de ce cycle de la Genèse. Abraham y est tout à la fois présenté comme la figure des Commencements et comme le Père des croyants.

Avec Abraham, nous assistons en effet au commencement du salut. Les trois promesses faites au patriarche en Gn 12 (la bénédiction, la terre et la descendance) seront pleinement accomplies dans le Mystère Pascal du Christ. Le Seigneur a choisi un homme particulier pour lui révéler sa Parole, son Alliance, sa joie. Toute la suite de l’Ecriture le déploiera.

Abraham est le Père des Croyants et le modèle de la foi. Il a accepté de se mettre en route sur la Parole du Seigneur, il n’a jamais fermé son oreille au Seigneur, même lorsque celui-ci se fera incompréhensible dans l’épreuve du Sacrifice du fils de la promesse. Alors que s’ouvrira dans quelques jours l’Année de la Foi, la méditation sur la figure du Père des Croyants est plus que jamais d’actualité.

 


Quelques références pour aller plus loin avec ces textes :

– A. Marchadour. Genèse. Coll. « Commentaires » Bayard Centurion 1999.

– W. Vogels, Abraham et sa légende. Coll. « Lire la Bible » Cerf, 1996.

Cahiers Evangile n° 56, Cerf, 1986.

– CM. Martini, Abraham, notre père dans la foi. Ed. St-Augustin, 1994.

– JL Ska, Abraham et ses hôtes. Ed. Lessius, 2001.

– Bible chrétienne I et I* (le Pentateuque). Ed. Sigier. 1982.

– Revue Biblia, n° 16.