« De Jérusalem,

le Seigneur donne de la voix » (Am 1,2)

Lectio Divina - Prophète Amos

 

Vous pouvez télécharger la version PDF en cliquant ici : Amos, semaines 1 et 2

 

COMMENT VIVRE LA LECTIO DIVINA QUOTIDIENNE

 

  • Commencer le temps quotidien de Lectio Divina par une prière à l’Esprit Saint. On peut prier par exemple une strophe du « Veni Creator » : « Esprit Saint, Fais-nous voir le visage du Très-HautEt révèle-nous celui du FilsEt toi l'Esprit commun qui les rassembleViens en nos cœurs, qu'à jamais nous croyions en toi».
  • Lire avec attention les textes proposés pour la journée. Les accueillir comme notre nourriture du jour, les prier en silence, ruminer cette Parole de Dieu. Peut-être noter sur un carnet une référence, un verset…
  • Conclure le temps de Lectio Divina par une acclamation de la Parole de Dieu reçue, par le Notre Père ou par une autre prière. Par exemple : « Dieu éternel et tout-puissant, unique espoir du monde, toi qui annonçais par la voix des prophètes les mystères qui s'accomplissent aujourd'hui, Daigne inspirer toi-même les désirs de ton peuple, puisqu'aucun de tes fidèles ne peut progresser en vertu sans l'inspiration de ta grâce. Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi et le Saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen»

Présentation de la lectio sur des textes prophétiques

Lorsque l’on aborde la Lectio d’un texte prophétique, il est plus important que jamais de savoir quel genre de textes nous allons recevoir et comment les entendre. Aussi convient-il de rappeler deux points essentiels :

            – Aucune Parole de l’Ecriture ne nous est donnée pour nous condamner. Ainsi, les « Oracles de jugement des prophètes » sont des Paroles de Révélation, d’appel – parfois vif – à la conversion, signes de la sollicitude d’un Dieu qui ne se détourne jamais de l’homme même lorsque celui-ci s’est détourné de Dieu, qui croit sans cesse à la possibilité de notre conversion et qui nous propose inlassablement la voie de son salut. Ce sont donc les paroles d’un Seigneur passionné par le salut de l’homme. Si le Seigneur, par son prophète, annonce une condamnation, c’est pour que ce peuple rompe avec la séduction du péché et échappe la logique mortifère du mal. L’AT nous en donne une belle illustration avec le Livre de Jonas.

             – Plus que jamais, devant de telles paroles, il est nécessaire de procéder suivant la pédagogie de la Lectio Divina. C’est-à-dire qu’il ne faut pas commencer par chercher comment cette Parole s’applique à ma situation. Cela ne viendra que plus tard. Dans notre méditation, il faut commencer plutôt par discerner dans ces textes ce qu’ils nous disent de Dieu dans sa relation avec les hommes, ce que ces textes nous révèlent du cœur de l’homme, de tout homme, de l’attitude de l’humanité dans sa rupture avec la communion d’amour que le Seigneur veut pour elle. Ensuite, et ensuite seulement, avec une grande docilité à l’Esprit-Saint, nous pourrons nous situer nous-mêmes par rapport à ces paroles.

Ce choix de textes est évidemment motivé par le temps liturgique du Carême. La Lectio peut nous permettre de vivre ce temps fort de notre année liturgique, non pas seulement en nous regardant nous-mêmes, mais en contemplant la miséricorde du Seigneur dont la Parole vient nous rejoindre chaque jour.

 


RÉFÉRENCES DE LECTURE - SEMAINE 1

DIMANCHE 9 MARS

Am 1, 1  à 2, 5 : « ils vendent le juste, et le pauvre pour une paire de sandales »

 

LUNDI 10 MARS

Am 2, 6 – 16 : « pendant 40 ans, je vous avais mené au désert »

MARDI 11 MARS

Am 3, 1 – 8 : « le Seigneur Dieu a parlé, qui ne prophétiserait ? »

MERCREDI 12 MARS

Am 3, 9 à 4, 3 : « ils ne savent pas agir avec droiture »

JEUDI 13 MARS

Am 4, 4 – 13 : « mais vous n’êtes pas revenus à moi, oracle du Seigneur »

VENDREDI 14 MARS

Am 5, 1 – 15 : « cherchez le Seigneur et vous vivrez »

SAMEDI 15 MARS : Reprise

PROPOSITION POUR LA JOURNÉE DU SAMEDI

REPRISE D’UNE SEMAINE DE LECTIO DIVINA

  • Avant d’entrer dans une nouvelle semaine (qui commence, pour les chrétiens, le samedi soir), nous vous proposons de prendre le temps aujourd’hui, en fin de semaine, de ressaisir ce qui a été votre « nourriture » de la Parole de Dieu reçue cette semaine pour l’orienter vers la prière et surtout la contemplation.
  • Pour la Lectio de ce jour, vous pouvez soit reprendre un des textes bibliques proposés durant la semaine, soit éventuellement reprendre les versets de l’Ecriture Sainte que vous aurez glanés au long des lectio de ces derniers jours et que vous aurez pu noter.
  • Cela nous permettra de vivre cette journée de Lectio dans le rayonnement de la prière de la Bienheureuse Vierge Marie, qui, docile à l’action en elle de l’Esprit Saint, « conservait avec soin toutes ces choses, les méditant en son cœur » (cf. Lc 2,19 et 51). 

Présentation du Livre d’Amos : Un appel à la conversion

Le Prophète Amos est considéré comme le premier prophète écrivain. Sa prédication, mise par écrit, sera donc transmise pour que la Parole du Seigneur franchisse les lieux et les temps pour finalement nous rejoindre. Cet appel à la conversion, au-delà du contexte du 8e siècle av. JC, nous concerne donc avec la même force et la même exigence.

Il vient des environs de Jérusalem pour prophétiser dans le Royaume du Nord. Le 8e siècle est marqué par une période de forte prospérité qui s’accompagnera d’injustices sociales, puis par une période d’épreuves lorsque les Assyriens commenceront à déferler sur le Moyen-Orient. A la frontière entre ces deux périodes, Amos est envoyé par le Seigneur pour inviter Israël à une double conversion : conversion religieuse, et conversion morale dans les relations sociales en particulier.

Comme les autres prophètes bibliques, sa mission consiste à dénoncer le péché (pour conduire à la conversion) et à annoncer la promesse (pour faire grandir l’espérance du Salut).

Quelques références pour aller plus loin avec ces textes :

– Revue Biblia n° 13.

– Cahiers Evangile n° 64                                         

– Collectif. Les livres des prophètes ‘Commentaires’ Bayard/Centurion.

– P. Bovati et R. Meynet, La fin d’Israël : paroles d’Amos. Lire la Bible. Cerf 1994.

– JP. Prévost, Pour lire les prophètes. Novalis/Cerf 1995

 


«  le Seigneur m’a dit : 

va, tu seras prophète pour mon peuple » (Am 7,15)

 

RÉFÉRENCES DE LECTURE - SEMAINE 2

DIMANCHE 16 MARS

Am 5, 16 – 27 : « que le droit jaillisse comme une source, comme un torrent »

LUNDI 17 MARS

Am 6, 1 – 14 : « ils sont dans le luxe et ne s’affligent pas du désastre d’Israël »

MARDI 18 MARS

Am 7, 1 – 17 : « le Seigneur m’a saisi quand j’étais derrière le troupeau »

MERCREDI 19 MARS

Am 8, 1 – 14 : « voici venir des jours où j’enverrai la faim et la soif d’entendre les Paroles de Seigneur »

JEUDI 20 MARS

Am 9, 1 – 6 : « Lui qui répand les eaux sur la terre, son nom est le Seigneur »

VENDREDI 21 MARS

Am 9, 7 – 15 : « je les planterai sur leur sol, et jamais plus ils ne seront arrachés »

SAMEDI 22 MARS : Reprise

PROPOSITION POUR LA JOURNÉE DU SAMEDI

REPRISE D’UNE SEMAINE DE LECTIO DIVINA

  • Avant d’entrer dans une nouvelle semaine (qui commence, pour les chrétiens, le samedi soir), nous vous proposons de prendre le temps aujourd’hui, en fin de semaine, de ressaisir ce qui a été votre « nourriture » de la Parole de Dieu reçue cette semaine pour l’orienter vers la prière et surtout la contemplation.
  • Pour la Lectio de ce jour, vous pouvez soit reprendre un des textes bibliques proposés durant la semaine, soit éventuellement reprendre les versets de l’Ecriture Sainte que vous aurez glanés au long des lectio de ces derniers jours et que vous aurez pu noter.
  • Cela nous permettra de vivre cette journée de Lectio dans le rayonnement de la prière de la Bienheureuse Vierge Marie, qui, docile à l’action en elle de l’Esprit Saint, « conservait avec soin toutes ces choses, les méditant en son cœur » (cf. Lc 2,19 et 51).

 


LA PAROLE PROPHÉTIQUE S’ACCOMPLIT EN JÉSUS CHRIST

Lorsque Jésus inaugure son ministère dans la synagogue de Nazareth, tel que le rapporte saint Luc dans son Evangile, il proclame un texte du Livre d’Isaïe puis donne ce bref et décisif commentaire : « Cette parole de l’Ecriture, aujourd’hui, elle s’accomplit à vos oreilles » (Lc 4,21). L’accomplissement : désormais, c’est la lumière neuve de Jésus Christ qui est projetée sur les textes de l’Ecriture et qui leur donne toute leur signification, leur sens ultime et définitif. Telle est la colonne vertébrale du Nouveau Testament et le type de liens qui l’unit à l’Ancien Testament. Il ne faut donc pas trop les séparer ou les opposer, ni les voir dans une simple continuité l’un de l’autre, mais dans une relation plus dynamique et surtout plus féconde. Pour un chrétien, l’Ancien Testament a besoin du témoignage du Nouveau Testament pour déployer toutes ses virtualités ; inversement, l’Ancien Testament porte un témoignage précieux sur Jésus, dont il avait annoncé la venue. Appuyés sur ce témoignage, les Apôtres reconnaîtront en Jésus, le Messie, celui qui, par sa venue, conduit le monde à son accomplissement : « Quand vint la plénitude du temps, Dieu envoya son Fils, né d’une femme » confessera saint Paul (Ga 4,4).