« Ecoutez et témoignez

dans la maison de Jacob » (Am 3,13)

Lectio Divina - Prophète Amos

Vous pouvez télécharger la version PDF en cliquant ici : Amos, semaine 4

 

COMMENT VIVRE LA LECTIO DIVINA QUOTIDIENNE

  • Commencer le temps quotidien de Lectio Divina par une prière à l’Esprit Saint. On peut prier par exemple une strophe du « Veni Creator » : « Esprit Saint, Fais-nous voir le visage du Très-HautEt révèle-nous celui du FilsEt toi l'Esprit commun qui les rassembleViens en nos cœurs, qu'à jamais nous croyions en toi».
  • Lire avec attention les textes proposés pour la journée. Les accueillir comme notre nourriture du jour, les prier en silence, ruminer cette Parole de Dieu. Peut-être noter sur un carnet une référence, un verset…
  • Conclure le temps de Lectio Divina par une acclamation de la Parole de Dieu reçue, par le Notre Père ou par une autre prière. Par exemple : « Dieu éternel et tout-puissant, unique espoir du monde, toi qui annonçais par la voix des prophètes les mystères qui s'accomplissent aujourd'hui, Daigne inspirer toi-même les désirs de ton peuple, puisqu'aucun de tes fidèles ne peut progresser en vertu sans l'inspiration de ta grâce. Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi et le Saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen »

 


DIMANCHE 30 MARS

Lecture suivie: Am 3, 9 à 4, 5       « ils n’ont pas su agir avec droiture »

Référence complémentaire : Livre du prophète Isaïe (Is 1, 10 – 19) 

Ecoutez la parole du Seigneur, chefs de Sodome, prêtez l'oreille à l'enseignement de notre Dieu, peuple de Gomorrhe! Que m'importent vos innombrables sacrifices, dit le Seigneur. Je suis rassasié des holocaustes de béliers et de la graisse des veaux; au sang des taureaux, des agneaux et des boucs, je ne prends pas plaisir. Quand vous venez vous présenter devant moi, qui vous a demandé de fouler mes parvis? N'apportez plus d'oblation vaine: c'est pour moi une fumée insupportable! Néoménie, sabbat, assemblée, je ne supporte pas fausseté et solennité. Vos néoménies, vos réunions, mon âme les hait; elles me sont un fardeau que je suis las de porter. Quand vous étendez les mains, je détourne les yeux; vous avez beau multiplier les prières, moi je n'écoute pas. Vos mains sont pleines de sang: lavez-vous, purifiez-vous! Otez de ma vue vos actions perverses! Cessez de faire le mal, apprenez à faire le bien! Recherchez le droit, redressez le violent! Faites droit à l'orphelin, plaidez pour la veuve! Allons! Discutons! dit le Seigneur. Quand vos péchés seraient comme l'écarlate, comme neige ils blanchiront; quand ils seraient rouges comme la pourpre, comme laine ils deviendront. Si vous voulez bien obéir, vous mangerez les produits du terroir.

 


LUNDI 31 MARS

Lecture suivie : Am 3, 9 à 4, 5       « ils n’ont pas su agir avec droiture » 

Texte de méditation : BENOIT XVI (Homélie)

Nous pourrions dire, en paraphrasant une observation de saint Augustin, que grâce aux richesses terrestres, nous devons nous procurer celles qui sont véritables et éternelles: si l'on trouve en effet des gens prêts à tout type de malhonnêtetés à condition de s'assurer un bien-être matériel toujours aléatoire, nous chrétiens devrions d'autant plus nous soucier de nous occuper de notre bonheur éternel avec les biens de cette terre (cf. Discours 359, 10). Or l'unique manière de faire fructifier pour l'éternité nos dons et nos capacités personnelles tout comme les richesses que nous possédons est de les partager avec nos frères, en nous montrant de cette manière de bons intendants de ce que Dieu nous confie. Jésus dit: "Qui est fidèle en très peu de choses est fidèle aussi en beaucoup, et qui est malhonnête en très peu est malhonnête aussi en beaucoup" (Lc 16,10-11). Le prophète Amos nous parle de ce même choix fondamental, à accomplir jour après jour. Avec des paroles fortes, il stigmatise un style de vie typique de celui qui se laisse absorber par une recherche égoïste du profit de toutes les manières possibles et qui se traduit en une soif de gain, en un mépris pour les pauvres et en une exploitation de leur situation à leur avantage (cf. Am 4,5). Le chrétien doit repousser énergiquement tout cela, en ouvrant au contraire son cœur à des sentiments d'authentique générosité. Une générosité qui s'exprime en un amour sincère pour tous et se manifeste dans la prière. En réalité, prier pour les autres est un grand geste de charité.

 


MARDI 1er AVRIL

Lecture suivie : Am 4, 6 – 13   « mais vous n’êtes pas revenu à moi, oracle du Seigneur »

Référence complémentaire : Livre des Psaumes (Ps 145, 13 – 21)

Le Seigneur est vérité en toutes ses paroles,

amour en toutes ses œuvres ;

Le Seigneur retient tous ceux qui tombent,

redresse tous ceux qui sont courbés.

Tous ont les yeux sur toi, ils espèrent ;

tu leur donnes la nourriture en son temps ;

toi, tu ouvres la main et rassasies tout vivant à plaisir.

Le Seigneur est justice en toutes ses voies, amour en toutes ses œuvres ;

proche est le Seigneur de ceux qui l'invoquent, de tous ceux qui l'invoquent en vérité.

Le désir de ceux qui le craignent, il le fait, il entend leur cri et les sauve;

le Seigneur garde tous ceux qui l'aiment, tous les impies, il les détruira.

Que ma bouche dise la louange du Seigneur, que toute chair bénisse son saint nom,

toujours et à jamais !

 


MERCREDI 2 AVRIL

Lecture suivie : Am 4, 6 – 13   « mais vous n’êtes pas revenu à moi, oracle du Seigneur »

Texte de méditation : SAINT CÉSAIRE D’ARLES (Sermons) – VIe siècle

Nous devons veiller avec une grande vigilance à ne pas être cette cité où la pluie de la Parole de Dieu ne vient pas ou vient en tout cas trop tardive et trop rare (cf. Am 4,7). Car sans nul doute, tels sont les fruits de la terre quand ils ne reçoivent pas de pluie, tels sont les fruits des âmes quand la rosée ou la pluie de la Parole de Dieu sont trop lentes à venir. En effet, que la Parole de Dieu soit comparée à la rosée et à la pluie, ce que vous savez mieux que moi, la Parole divine l’atteste en disant : « Que mon discours soit attendu comme la pluie, et, comme la rosée, mes paroles » (Dt 32,2). Si tous, dans nos jardins potagers, nous voulons avoir des eaux d’irrigation et si nous sommes prêts, quand il n’y en a pas à la surface, à en extraire des profondeurs à grand travail pour faire pousser des légumes utiles à nos corps, avec combien plus de soin devons-nous veiller sur le jardin du Seigneur, c’est-à-dire l’Eglise de Dieu, afin que, grâce aux fleurs des saintes Ecritures, aux ruisseaux et aux sources spirituelles des anciens Pères, soit irrigué ce qui est aride, ameubli ce qui est dur et ensuite, sans grand travail, déraciné ce qui est nuisible et planté ce qui est utile !

 


JEUDI 3 AVRIL

Lecture suivie : Am 5, 1 – 15  « Cherchez le bien et non le mal, afin de vivre »

Référence complémentaire : Livre du Deutéronome (Dt 30, 8 – 16)

Toi, tu obéiras de nouveau à la voix du Seigneur ton Dieu et tu mettras en pratique tous ses commandements que je te prescris aujourd'hui. Le Seigneur ton Dieu te rendra prospère en toutes tes entreprises, dans le fruit de tes entrailles, dans le fruit de ton bétail et dans le fruit de ton sol. Car de nouveau le Seigneur prendra plaisir à ton bonheur, comme il avait pris plaisir au bonheur de tes pères, si tu obéis à la voix du Seigneur ton Dieu en gardant ses commandements et ses décrets, inscrits dans le livre de cette Loi, si tu reviens au Seigneur ton Dieu de tout ton cœur et de toute ton âme. Car cette Loi que je te prescris aujourd'hui n'est pas au-delà de tes moyens ni hors de ton atteinte. Elle n'est pas dans les cieux, qu'il te faille dire: "Qui montera pour nous aux cieux nous la chercher, que nous l'entendions pour la mettre en pratique?" Elle n'est pas au-delà des mers, qu'il te faille dire: "Qui ira pour nous au-delà des mers nous la chercher, que nous l'entendions pour la mettre en pratique?" Car la parole est tout près de toi, elle est dans ta bouche et dans ton cœur pour que tu la mettes en pratique. Vois, je te propose aujourd'hui vie et bonheur, mort et malheur. Si tu écoutes les commandements de Yahvé ton Dieu que je te prescris aujourd'hui, et que tu aimes Yahvé ton Dieu, que tu marches dans ses voies, que tu gardes ses commandements, ses lois et ses coutumes, tu vivras et tu multiplieras, Yahvé ton Dieu te bénira dans le pays où tu entres pour en prendre possession.

 


VENDREDI 4 AVRIL

Lecture suivie : Am 5, 1 – 15  « Cherchez le bien et non le mal, afin de vivre »

Texte de méditation : GUILLAUME DE SAINT-THIERRY – XIIe siècle

Ô toi que personne ne cherche en vérité sans te trouver,

trouve-nous pour que nous te trouvions,

viens en nous pour que nous allions en toi,

car il ne s’agit ici ni de vouloir ni de courir,

mais que tu nous prennes en pitié.

Souffle le premier, nous aurons la foi ;

affermis-nous, nous aurons l’espérance ;

mets le feu, nous aurons l’amour!

Que tout ce qui est de nous soit tien,

tout alors sera bon pour nous en toi,

toi en qui nous avons la vie, le mouvement et l’être !

 


SAMEDI 5 AVRIL

PROPOSITION POUR LA JOURNÉE DU SAMEDI

REPRISE D’UNE SEMAINE DE LECTIO DIVINA

  • Avant d’entrer dans une nouvelle semaine (qui commence, pour les chrétiens, le samedi soir), nous vous proposons de prendre le temps aujourd’hui, en fin de semaine, de ressaisir ce qui a été votre « nourriture » de la Parole de Dieu reçue cette semaine pour l’orienter vers la prière et surtout la contemplation.
  • Pour la Lectio de ce jour, vous pouvez soit reprendre un des textes bibliques proposés durant la semaine, soit éventuellement reprendre les versets de l’Ecriture Sainte que vous aurez glanés au long des lectio de ces derniers jours et que vous aurez pu noter.
  • Cela nous permettra de vivre cette journée de Lectio dans le rayonnement de la prière de la Bienheureuse Vierge Marie, qui, docile à l’action en elle de l’Esprit Saint, « conservait avec soin toutes ces choses, les méditant en son cœur » (cf. Lc 2,19 et 51).
  •