« Rendre témoignage à l’Evangile de la Grâce de Dieu » (Ac 20,24)

 

Lectio Divina - Actes des Apôtres

Vous pouvez télécharger la version PDF en cliquant ici : Actes des Apôtres, semaine 6

COMMENT VIVRE LA LECTIO DIVINA QUOTIDIENNE

  • Commencer le temps quotidien de Lectio Divina par une prière à l’Esprit Saint. On peut prier par exemple une strophe du « Veni Creator » : « Esprit Saint, Fais-nous voir le visage du Très-HautEt révèle-nous celui du FilsEt toi l'Esprit commun qui les rassembleViens en nos cœurs, qu'à jamais nous croyions en toi».
  • Lire avec attention les textes proposés pour la journée. Les accueillir comme notre nourriture du jour, les prier en silence, ruminer cette Parole de Dieu. Peut-être noter sur un carnet une référence, un verset…
  • Conclure le temps de Lectio Divina par une acclamation de la Parole de Dieu reçue, par le Notre Père ou par une autre prière. Par exemple : « Dieu qui as des disciples pleins de foi et de l’Esprit Saint, pour qu’ils portent aux païens le message du salut ; fais que l’Évangile du Christ, dont ils furent les Apôtres courageux, soit encore annoncé fidèlement en paroles et en actes. Par Jésus le Christ notre Seigneur. Amen »

 

 


DIMANCHE 5 JUIN 2011

Lecture suivie : Ac 19, 21 – 40  « un grand tumulte se produisit à propos de la Voie »

Référence complémentaire : Livre du prophète Jérémie (Jr 10, 1 – 12

Ecoutez la parole que le Seigneur vous adresse, maison d'Israël! Ainsi parle le Seigneur: N'apprenez pas la voie des nations, ne soyez pas terrifiés par les signes du ciel, même si les nations en éprouvent de la terreur. Oui, les coutumes des peuples ne sont que vanité; ce n'est que du bois coupé dans une forêt, travaillé par le sculpteur, ciseau en main, puis enjolivé d'argent et d'or. Avec des clous, à coups de marteau, on le fixe, pour qu'il ne bouge pas. Comme un épouvantail dans un champ de concombres, ils ne parlent pas; il faut les porter, car ils ne marchent pas! N'en ayez pas peur: ils ne peuvent faire de mal, et de bien, pas davantage. Nul n'est comme toi, Seigneur, tu es grand, ton Nom est grand dans sa puissance. Qui ne te craindrait, roi des nations? C'est bien cela qui te convient! Car parmi tous les sages des nations et dans tous leurs royaumes, nul n'est comme toi. Tous tant qu'ils sont, ils sont bêtes, stupides: l'instruction que donnent les Vanités, c'est du bois! c'est de l'argent en feuilles, importé de Tarsis, c'est de l'or d'Ophir, une œuvre de sculpteur ou d'orfèvre; on les revêt de pourpre violette et écarlate, ce sont tous œuvre d'artisan. Mais le Seigneur est le Dieu véritable, il est le Dieu vivant et le Roi éternel. Quand il s'irrite, la terre tremble, les nations ne peuvent soutenir sa colère. Voici ce que vous direz d'eux: "Les dieux qui n'ont pas fait le ciel et la terre seront exterminés de la terre et de dessous le ciel." Il a fait la terre par sa puissance, établi le monde par sa sagesse et par son intelligence étendu les cieux.

 


LUNDI 6 JUIN

Lecture suivie :Ac 19, 21 – 40    « un grand tumulte se produisit à propos de la Voie »

Texte de méditation : BIENHEUREUX JEAN-PAUL II (Redemptoris Missio)

On ne peut témoigner du Christ sans refléter son image, qui est rendue vivante en nous par la grâce et par l'action de l'Esprit. La docilité à l'Esprit engage par ailleurs à accueillir ses dons de courage et de discernement, qui sont des traits essentiels de la spiritualité missionnaire. Le cas des Apôtres est exemplaire, eux qui durant la vie publique du Maître, malgré leur amour pour lui et la générosité de leur réponse à son appel, se montrent incapables de comprendre ses paroles et réticents à le suivre sur la voie de la souffrance et de l'humiliation. L'Esprit les transformera en témoins courageux du Christ et en annonciateurs éclairés de sa Parole. C'est l'Esprit qui les conduira sur les chemins ardus et nouveaux de la mission. Aujourd'hui comme hier, la mission reste difficile et complexe; aujourd'hui comme hier, elle requiert le courage et la lumière de l'Esprit. Nous vivons souvent le drame de la première communauté chrétienne, qui voyait des foules incrédules et hostiles " se rassembler de concert contre le Seigneur et contre son Oint " (Ac 4,26). Comme hier, il faut prier pour que Dieu nous donne l'audace de proclamer l'Evangile; il faut scruter les voies mystérieuses de l'Esprit, et se laisser conduire par lui à toute la vérité (cf. Jn 16,13).

 


MARDI 7 JUIN

Lecture suivie : Ac 20, 1 – 16  « le 1er jour de la semaine, nous étions réunis pour la fraction »

Référence complémentaire : Evangile de Jésus Christ selon saint Luc(Lc 24, 1 – 9)

Le premier jour de la semaine, à la pointe de l'aurore, les femmes allèrent à la tombe, portant les aromates qu'elles avaient préparés. Elles trouvèrent la pierre roulée de devant le tombeau, mais, étant entrées, elles ne trouvèrent pas le corps du Seigneur Jésus. Et il advint, comme elles en demeuraient perplexes, que deux hommes se tinrent devant elles, en habit éblouissant. Et tandis que, saisies d'effroi, elles tenaient leur visage incliné vers le sol, ils leur dirent: "Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts? Il n'est pas ici; mais il est ressuscité. Rappelez-vous comment il vous a parlé, quand il était encore en Galilée: Il faut, disait-il, que le Fils de l'homme soit livré aux mains des pécheurs, qu'il soit crucifié, et qu'il ressuscite le troisième jour." Et elles se rappelèrent ses paroles. A leur retour du tombeau, elles rapportèrent tout cela aux Onze et à tous les autres.

 


MERCREDI 8 JUIN

Lecture suivie : Ac 20, 1 – 16     « le 1er jour de la semaine, nous rompions le pain »

Texte de méditation : BENOÎT XVI (Lettre)

Le contexte culturel dans lequel nous vivons, souvent marqué par l'indifférence religieuse et par le sécularisme qui cache l'horizon du transcendant, ne doit pas faire oublier que le peuple de Dieu, né de l'Evénement pascal, doit y retourner comme à une inépuisable source pour comprendre toujours mieux les traits de son identité et les raisons de son existence. Le Concile Vatican II, après avoir indiqué l'origine du dimanche, poursuit ainsi: "Ce jour-là en effet, les fidèles doivent se rassembler pour que, entendant la parole de Dieu et participant à l'Eucharistie, ils se souviennent de la passion, de la résurrection et de la gloire du Seigneur Jésus, et rendent grâce à Dieu qui les a régénérés pour une vivante expérience par la résurrection de Jésus Christ d'entre les morts" (Sacrosanctum Concilium, n. 106). Le dimanche n'a pas été choisi par la communauté chrétienne, mais par les Apôtres, et même par le Christ lui-même, qui ce jour-là, "le premier jour de la semaine", ressuscita et apparut aux disciples (cf. Mt 28, 1; Mc 16, 9; Lc 24, 1; Jn 20, 1.19; Ac 20, 7; 1 Co 16, 2), en renouvelant son apparition "huit jours après " (Jn 20, 26). Le dimanche est le jour où le Seigneur ressuscité est présent parmi les siens, les invite à sa table et s'offre à eux, pour qu'eux aussi, unis  et configurés à Lui, puissent, comme il se doit, rendre un culte à Dieu. Tandis que, pour cette raison, j'encourage à approfondir toujours davantage l'importance du "Jour du Seigneur", je tiens à souligner la place centrale de l'Eucharistie comme pilier fondamental du dimanche et de toute la vie ecclésiale. En effet, dans chaque célébration eucharistique dominicale est réalisée la sanctification du peuple chrétien, jusqu'au dimanche sans crépuscule, jour de la rencontre définitive de Dieu avec ses créatures.

 


JEUDI 9 JUIN

Lecture suivie : Ac 20, 17 – 38   « je vous confie à Dieu et à la Parole de sa grâce »

Référence complémentaire : 1ère épître de saint Pierre apôtre (1 P 1,22 à 2,3) :

En obéissant à la vérité, vous avez sanctifié vos âmes, pour vous aimer sincèrement comme des frères. D'un cœur pur, aimez-vous les uns les autres sans défaillance, engendrés de nouveau d'une semence non point corruptible, mais incorruptible: la Parole de Dieu, vivante et permanente. Car toute chair est comme l'herbe et toute sa gloire comme fleur d'herbe; l'herbe se dessèche et sa fleur tombe; mais la Parole du Seigneur demeure pour l'éternité. C'est cette Parole dont la Bonne Nouvelle vous a été portée. Rejetez donc toute malice et toute fourberie, hypocrisies, jalousies et toute sorte de médisances. Comme des enfants nouveau-nés désirez le lait non frelaté de la parole, afin que, par lui, vous croissiez pour le salut, si du moins vous avez goûté combien le Seigneur est excellent.

 


VENDREDI 10 JUIN

Lecture suivie : Ac 20, 17 – 38   « je vous confie à Dieu et à la Parole de sa grâce »

Texte de méditation : BIENHEUREUX JEAN-PAUL II (Message)

Une condition indispensable à un service pastoral fructueux est le lien personnel avec le Christ, qui se manifeste tout d'abord dans la prière et dans l'amour empreint d'esprit de sacrifice pour l'Eglise, notre Mère. «Car le zèle de ta maison me dévore, l'insulte de tes insulteurs tombe sur moi» (Ps 68 [69], 10). Aux sources de tout renouveau se trouve la Parole de Dieu, «qui a le pouvoir de bâtir l'édifice et de procurer l'héritage parmi tous ses sanctifiés» (Ac 20, 32). L'exhortation du Concile œcuménique Vatican II demeure toujours actuelle, affirmant que «la prédication ecclésiastique, comme la religion chrétienne elle-même soit nourrie et régie par la Sainte Ecriture. Dans les Saints Livres, en effet, le Père qui est aux cieux vient avec tendresse au-devant de ses fils et entre en conversation avec eux» (Dei Verbum, n. 21). Ce sont tout d'abord les pasteurs qui doivent s'ouvrir à la lumière et à la puissance de Dieu, afin que - comme nous avertit saint Augustin - celui à qui a été confié le saint ministère de la parole ne devienne pas extérieurement un vain prédicateur de la Parole de Dieu, s'il ne l'écoute pas intérieurement (cf. Sermo 179, I: PL 38, 966). «Vivante est, en effet, la Parole de Dieu, efficace» (He 4, 12). Puisse-t-elle alimenter votre spiritualité et devenir source d'un apostolat fructueux, conformément au principe de saint Thomas: «contemplata aliis tradere». La Parole de Dieu est un irremplaçable moyen de salut pour les hommes de toutes époques, en elle se trouve une si grande «force et puissance [...] qu'elles constituent, pour l'Eglise, son point d'appui et sa vigueur et, pour les enfants de l'Eglise, la force de leur foi, la nourriture de leur âme» (Dei Verbum, n. 21).

 


SAMEDI 11 JUIN

 

PROPOSITION POUR LA JOURNÉE DU SAMEDI

Avant d’entrer dans une nouvelle semaine (qui commence, pour les chrétiens, le samedi soir), nous vous proposons de prendre le temps aujourd’hui de ressaisir ce qui a été votre « nourriture » de la Parole de Dieu reçue cette semaine pour l’orienter vers la prière et surtout la contemplation.

Pour la Lectio de ce jour, vous pouvez soit reprendre un des textes bibliques proposés durant la semaine, soit éventuellement reprendre les versets de l’Ecriture Sainte que vous aurez glanés au long des lectio de ces derniers jours et que vous aurez pu noter.

Cela nous permettra de vivre cette journée de Lectio dans le rayonnement de la prière de la Bienheureuse Vierge Marie, qui, docile à l’action en elle de l’Esprit Saint, « conservait avec soin toutes ces choses, les méditant en son cœur » (cf. Lc 2,19 et 51).