Nous prions avec l'Evangile selon saint Matthieu : 
 
 
du 12 au 18 novembre : semaine 3
 
du 19 au 26 novembre : semaine 4
 
du 27 novembre au 2 décembre : semaine 5
 
 
 
 
 
 

LUNDI 17 MARS 2014

 

Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis tout mon amour; écoutez-le (Mt 17)

 

Le Pape François, en commentant l'Evangile de la messe de ce dimanche (la Transfiguration du Christ) a rappelé avec sa vivacité habituelle l'importance de la Prière de la Parole de Dieu. Il l'a fait à la fois durant l'Angelus et lors de son homélie du jour : 

« Lisez-vous l’Evangile chaque jour ? oui, non, moitié-moitié ? ». Ce dimanche le Pape a appelé les fidèles à toujours avoir un Evangile sur eux «dans leurs poches ou leurs sacs ». « Pas besoin d’avoir les quatre, un suffit », a expliqué le Pape. «C’est important ! ». Tout au long de son commentaire de l’Evangile de Matthieu, François a ainsi invité les catholiques à lire « un petit passage» de l’Evangile chaque jour, car « l’Evangile, c’est Jésus qui nous parle ». Et comme le ferait un professeur avec ses élèves, le Pape a, de nouveau, interpellé les fidèles : « vous le ferez, n’est-ce pas ? Vous me le direz la semaine prochaine », soulignant que la Parole du Christ ne « croît que lorsque nous la proclamons » aux autres.

Se mettre à l’écoute de Dieu

Après les tentations de Jésus dans le désert, l’Evangile de Matthieu évoque ce dimanche l’épisode de la Transfiguration sur une haute montagne où Jésus emmena avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère. Pour François, cette montagne représente « le lieu de la proximité avec Dieu et la rencontre, intime, avec Lui ». Dieu s’adressa d’ailleurs à eux en leur demandant d’écouter Jésus, son Fils bien-aimé, en qui il a mis tout mon amour. « Cette invitation du Père est très importante » a expliqué le Pape. « Nous, disciples de Jésus nous sommes appelés à être des personnes qui écoutent sa voix et prennent au sérieux ses paroles » et pour cela, il faut être prêts à « parcourir des trajets qui n’étaient pas toujours prévisibles et parfois peu praticables».

« Ecoutez-le !» En aparté, le Pape a invité les fidèles à avoir, toute cette semaine, « cette parole en tête et dans leurs cœurs », pas parce que lui, le Pape, le leur demande, mais parce que Dieu Lui-même le fait. Cette parole doit être « une aide pour aller de l’avant dans le carême », a affirmé François.

La Parole doit être annoncée avec un esprit fraternel de charité

Commentant cet épisode de la Transfiguration, le Pape s’est également arrêté sur deux éléments qu’il juge significatifs : la montée et la descente (de la montagne). Selon lui, il faut en effet gravir la montagne en silence pour pouvoir se retrouver avec nous-même et mieux entendre la voix du Seigneur, mais cela ne suffit pas. « On ne peut pas rester là », dit le Pape. François a ainsi expliqué, que la rencontre avec Dieu « nous pousse à redescendre » la montagne et retourner dans la prairie pour rencontrer « tant de frères appesantis par la fatigue, les injustices, la pauvreté matérielle et spirituelle ». « A tous nos frères en difficulté, nous sommes appelés à porter les fruits de l’expérience que nous avons faite avec Dieu, de la grâce que nous avons reçue. »

Même si cela peut paraitre « étrange », pour François, la Parole du Christ croît en nous, quand nous la proclamons et la donnons à tous les autres. « C’est cela la vie chrétienne, et c’est une mission pour toute l’Eglise et tous les baptisés : écouter Dieu et L’offrir aux autres », s’est exclamé François. « Si nous n’avons pas été avec Lui, si notre cœur n’est pas consolé, comment pourrons-nous consoler les autres ?», s’est-il alors interrogé.

Ecouter et offrir. Cette mission concerne donc toute l’Eglise, mais le Pape interpelle, avant tout, les évêques et les prêtres dont c’est la responsabilité, car ils sont appelés, soutenus par la prière des fidèles, à se mettre « au milieu des besoins du Peuple de Dieu », s’approchant « avec affection et tendresse en particulier des plus faibles et des plus petits, des derniers ».

Se remettant à Marie, le Pape a enfin prié pour que l’Eglise toute entière poursuive avec foi et générosité le chemin de Carême, apprenant un peu plus à « monter » en prière et écouter Jésus, avant de « redescendre » et annoncer Jésus avec un esprit fraternel de charité.

Après avoir confessé quelques fidèles, le Souverain Pontife a célébré la messe. Dans son homélie, il a souligné que la première tâche des chrétiens était de nourrir leur foi par la parole de Dieu. Reprenant une idée déjà développée à la mi-journée, à l’occasion de la prière de l’Angélus, place Saint-Pierre, il a exhorté les fidèles à écouter Jésus qui nous parle et qui nous sauve. Sa parole fortifie notre foi. On écoute beaucoup la télé, la radio, les bavardages, mais est-ce que nous prenons un peu de temps, chaque jour, pour écouter Jésus et sa parole ? s’est-il interrogé.

Comme à l’Angélus, il a suggéré d’avoir toujours un petit exemplaire de l’Evangile en poche et d’en lire chaque jour un passage, y compris dans les transports en commun, à condition, a-t-il plaisanté, de ne pas avoir à défendre ses poches contre les pickpockets. Mais quand on est assis, on peut lire. Le Pape François a par ailleurs invité les fidèles à demander la grâce de la purification des yeux qui, aujourd’hui, voient tant de choses qui sont contre Jésus, des mondanités qui font du mal à la lumière de l’âme et qui conduisent à l’obscurité intérieure.

(Source : www. news.va)

 

Sainte lectio divina en ce Temps du Carême

Christophe de DREUILLE

@lectiodivina13