Nous prions avec Le Livre de Ben Sirac le Sage  : 
 
 
du 13 au 19 août : semaine 8
 
du 20 au 26 août : semaine 9
 
Nous prions avec l'Evangile selon saint Matthieu : 
 
 
 27 août au 16 septembre : semaines 1 à 3
 
 
Nous prions avec Le Livre de Ben Sirac le Sage  : 
 
 
du 13 au 19 août : semaine 8
 
du 20 au 26 août : semaine 9
 
Nous prions avec l'Evangile selon saint Matthieu : 
 
 
 27 août au 16 septembre : semaines 1 à 3
 

VENDREDI 22 AOÛT 2014

 

Nous vous proposons, durant la seconde partie de l'été et pour la rentrée de septembre, un parcours de lectio divina dans le très beau petit livre de Tobie. Sous la forme d'une belle histoire, c'est bien toute une réflexion sur le sens des événements de nos vies, sur leurs enchaînements, et surtout sur la manière dont Dieu se rend présent à nos existences pour nous guider, même s'il faut du discernemnet pour percevoir cette présence active. 

 

Deux réflexions pourront accompagner votre accueil fidèle de la Parole de Dieu dans la lectio divina quotidienne : 

 

Pape Benoît XVI

Lorsque nous avons un moment de pause dans nos activités, en particulier durant les vacances, nous prenons souvent un livre à la main, que nous désirons lire. Chacun de nous a besoin de temps et d’espaces de recueillement, de méditation et de calme... Remercions le ciel qu’il en soit ainsi! En effet, cette exigence nous dit que nous ne sommes pas faits seulement pour travailler, mais aussi pour penser, réfléchir ou bien simplement pour suivre avec l’esprit et avec le cœur un récit, une histoire dans laquelle nous identifier, dans un certain sens «nous perdre» pour ensuite nous retrouver enrichis.
 
Naturellement, beaucoup de ces livres de lecture, que nous prenons en main pendant les vacances, sont en général des livres d’évasion, et cela est normal. Toutefois, certaines personnes, en particulier si elle peuvent avoir des temps de pause et de détente plus prolongés, se consacrent à lire quelque chose de plus exigeant. Je voudrais alors faire une proposition: pourquoi ne pas découvrir certains livres de la Bible, qui ne sont normalement pas connus? Ou dont nous avons peut-être écouté certains passages durant la liturgie, mais que nous n’avons jamais lus en entier? En effet, de nombreux chrétiens ne lisent jamais la Bible, et ils ont de celle-ci une connaissance très limitée et superficielle. La Bible — comme le dit son nom — est un recueil de livres, une petite «bibliothèque», née au cours d’un millénaire. Certains de ces «livrets» qui la composent demeurent presque inconnus à la plupart des gens, même bons chrétiens. Certains sont très brefs, comme le Livre de Tobie, un récit qui contient un sens très élevé de la famille et du mariage; ou le Livre d’Esther, dans lequel la reine juive, par la foi et la prière, sauve son peuple de l’extermination; ou encore plus court, le Livre de Ruth, une étrangère qui connaît Dieu et qui fait l’expérience de sa providence. Ces petits livres peuvent être lus en entier en une heure. Plus exigeants — et ce sont d’authentiques chefs-d’œuvre — sont le Livre de Job, qui affronte le grand problème de la douleur innocente; le Quoèlet, qui frappe en raison de la modernité déconcertante avec laquelle il met en discussion le sens de la vie et du monde; le Cantique des Cantiques, merveilleux poème symbolique de l’amour humain. Comme vous le voyez, ce sont tous des livres de l’Ancien Testament. Et le Nouveau? Certes, le Nouveau Testament est plus connu, et les genres littéraires sont moins diversifiés. Cependant, la beauté de lire un Evangile tout d’une traite est à découvrir, de même que je recommande les Actes des Apôtres, ou l’une des Lettres.
 
En conclusion, chers amis, je voudrais aujourd’hui suggérer de garder à portée de main, au cours de la période estivale ou dans les moments de pause, la sainte Bible, pour la goûter d’une manière nouvelle, en lisant à la suite certains de ses Livres, ceux qui sont les moins connus et aussi les plus connus, comme les Evangiles, mais avec une lecture continue. Ainsi, les moments de détente peuvent devenir, outre un enrichissement culturel, également une nourriture pour l’esprit, capable d’alimenter la connaissance de Dieu et le dialogue avec Lui, la prière. Et cela semble une belle occupation pour les vacances: prendre un livre de la Bible, goûter ainsi un peu de détente et, dans le même temps, entrer dans le grand espace de la Parole de Dieu et approfondir notre contact avec l’Eternel, précisément comme but du temps libre que le Seigneur nous donne.
 

 

Divo Barsotti

En ce livre, toute la vie de l'homme défile dans des situations concrètes. On n'y trouve la maladie et la douleur, la joie et la guérison et l'allégresse d'un triomphe final. Il y a le témoignage de la vie de prière dans une relation personnelle à Dieu, il y a le témoignage de la vie de famille, les rapports de l'homme avec son épouse, du fils avec le père. On n'y voit aussi la vie sociale, et les rapports de l'homme avec la cité. Dans le livre de Tobie, l'homme prie, se mari, mange, dort, voyage : c'est le beau livre de l'expérience humaine totale, c'est le livre de la vie humaine. Il dit la condition humaine, qui n'est pas forcément liée à des événements historiques : simplement la condition concrète ou l'homme se trouve, impliquant de soi tous les rapports, toutes les situations, tous les états : la vieillesse et la jeunesse, la maladie et la santé, la joie et la peine.

Quand nous le méditons, nous nous sentons vraiment sollicités, engagés, à saisir le dessin de Dieu sur notre vie concrète : qu'elle soit ou non liée à des événements grandioses, elle est toujours une vie qui nous met en rapport réel avec des créatures animées et inanimées, avec le temps et le lieu, avec les choses et les hommes; en rapport avec la cité, avec l'histoire.
 
Si nous pouvions et voulions méditer vraiment, pénétrer vraiment la parole divine, peut-être pourrions-nous tout comprendre de l'existence humaine, et alors vivre vraiment sous le regard de Dieu, comme il le veut. Le livre de Tobie est celui des désolé, il est celui des fiancés : c'est aussi le livre des pèlerins : il raconte un voyage est aussi un pèlerinage, c'est le niveau des vieux : on n'y voit des vieux, accablés en outre par la maladie, et qui ensuite recouvre la santé et se réjouissent à la pensée de leurs petits enfants. C'est le livre des œuvres de miséricorde corporelles…
 
Notre vie est déjà racontée : elle est racontée ici. Tous nous avons à apprendre ; tous nous devons accéder à la lecture de ce livre, à son commentaire est à sa méditation, convaincu qu'ils nous regardent personnellement. Nous pouvons être Tobith ou Tobie, nous pouvons nous retrouver dans Sarra ou Ragouël, nous pouvons nous retrouver dans la situation dans une autre ; mais nous serons certains quand toute situation Dieu nous voit et nous protège, Dieu nous accompagne et nous sauve.
 
 
Sainte lectio divina
Christophe de DREUILLE
@lectiodivina13