Nous prions avec l'Evangile selon saint Matthieu : 
 
 
du 12 au 18 novembre : semaine 3
 
du 19 au 26 novembre : semaine 4
 
du 27 novembre au 2 décembre : semaine 5
 
 
 
 
 
 

Dimanche 7 octobre 2012

 

Je suis El Sahaddaï, marche en ma présence et sois parfait (Gn 17,1)

 

 « La porte de la foi » (cf. Ac 14, 27) qui introduit à la vie de communion avec Dieu et permet l’entrée dans son Église est toujours ouverte pour nous. Il est possible de franchir ce seuil quand la Parole de Dieu est annoncée et que le cœur se laisse modeler par la grâce qui transforme. Traverser cette porte implique de s’engager sur ce chemin qui dure toute la vie. Il commence par le baptême (cf. Rm 6, 4), par lequel nous pouvons appeler Dieu du nom de Père, et s’achève par le passage de la mort à la vie éternelle, fruit de la résurrection du Seigneur Jésus qui, par le don de l’Esprit Saint, a voulu associer à sa gloire elle-même tous ceux qui croient en lui (cf. Jn 17, 22) (BENOIT XVI – Porta fidei 1).

 

Comme la samaritaine, l’homme d’aujourd’hui peut aussi sentir de nouveau le besoin de se rendre au puits pour écouter Jésus qui invite à croire en lui et à puiser à sa source, jaillissante d’eau vive (cf. Jn 4, 14). Nous devons retrouver le goût de nous nourrir de la Parole de Dieu, transmise par l’Église de façon fidèle, et du Pain de la vie, offerts en soutien de tous ceux qui sont ses disciples (cf. Jn 6, 51). L’enseignement de Jésus, en effet, résonne encore de nos jours avec la même force : « Travaillez non pour la nourriture qui se perd, mais pour la nourriture qui demeure en vie éternelle » (Jn 6, 27). L’interrogation posée par tous ceux qui l’écoutaient est la même aussi pour nous aujourd’hui : « Que devons-nous faire pour travailler aux œuvres de Dieu ? » (Jn 6, 28). Nous connaissons la réponse de Jésus : « L’œuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu'il a envoyé » (Jn 6, 29). Croire en Jésus Christ est donc le chemin pour pouvoir atteindre de façon définitive le salut (BENOIT XVI – Porta fidei 3).

 

Cette semaine – le jeudi 11 octobre – s'ouvrira l'année de la foi voulue par le Saint Père Benoît XVI. C'est dans cette perspective que nous pouvons vivre la lectio divina ces jours-ci. En suivant le cheminement que le Seigneur fait vivre à Abraham, nous pourrons être attentifs à la pédagogie de Dieu qui forme le coeur du patriarche pour faire de lui le Père des croyants. 

 

Durant cette semaine, les textes de la Genèse concentrent notre médiation sur la promesse de la descendance faite à Abraham. Celui-ci cherche d'abord à trouver les moyens humains pour obtenir une descendance. Le Seigneur va lui montrer comment il accomplira lui-même la promesse qu'il avait faite au Patriarche. 

 

Comment accueillir cette promesse de la descendance ? En méditant sur la Parole de Dieu qui se fait promesse pour l'homme, qui lui ouvre un avenir inimaginable à la seule perspective humaine, qui crée un chemin que l'homme pourra parcourir et qui donnera sens à son existence. La Parole de Dieu révèle que tout homme est fait pour une fécondité, d'une manière ou d'une autre, tout homme est fait pour épanouir la vie. Nous pouvons aussi recevoir cette Parole : "Y at-t'il rien de trop merveilleux pour le Seigneur" (Gn 18,14).

 



 

Quelques autres informations sur la lectio divina : 

 
Entre le 29 octobre et le 2 novembre prochains, j'animerai une Retraite d'introduction à la lectio divina, en Région parisienne. Il reste quelques places. Si vous êtes intéressé, n'hésitez pas à me contacter, je vous donnerai les renseignements nécessaires.
 

 

Sainte lectio divina

 

Christophe de DREUILLE